Afghanistan: restrictions de permis de conduire pour les femmes à Hérat

Les restrictions qui visent les femmes en Afghanistan continuent de tomber. Bannies de la vie politique, de plusieurs secteurs professionnels, privées de collège et de lycées, les femmes sont désormais privées de permis de conduire. Une restriction qui est entrée en vigueur pour l’instant à Hérat seulement, la grande ville du nord-ouest de l’Afghanistan.

Avec notre correspondante dans la région, Sonia Ghezali

L’ordre n’a pas été donné par le gouvernement central à Kaboul, mais il émane des autorités locales d’Hérat. Les auto-écoles ont reçu comme instruction de ne plus donner de cours de conduite ni de permis de conduire aux femmes.

La ville de Hérat est pourtant considérée comme l’une des plus progressistes en Afghanistan. Le taux de scolarisation des femmes était par exemple parmi les plus élevés du pays avant de chuter drastiquement après la prise du pouvoir par les talibans. Il n’était pas rare de voir jusque-là quelques femmes conduire dans les rues d’Hérat comme dans les rues de Kaboul.

Si l’ordre n’a pas été donné à Hérat d’interdire aux femmes de conduire, les nouvelles consignes visant à ne plus leur délivrer de permis de conduire va marginaliser encore plus celles qui prennent déjà le volant, privant aussi les futures générations de femmes de ce droit et de cette liberté.

Cet ordre donné au niveau local pourrait inspirer d’autres responsables talibans dans d’autres provinces. Les restrictions visant les femmes se multiplient. Le point d’orgue ayant été le 23 mars dernier, lorsque les collégiennes et les lycéennes n’ont pas pu retourner à l’école malgré les promesses faites par le régime taliban qui a fait volte-face.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles