Afghanistan. Un photographe indien tué dans les combats entre forces afghanes et talibans

·1 min de lecture

Très connu des médias occidentaux avec lesquels il travaillait depuis longtemps, le reporter de Reuters Danish Siddiqui est mort entre Kandahar et la frontière pakistanaise, vendredi 16 juillet.

La communauté des journalistes d’Asie du Sud est en deuil. Elle a perdu l’un des siens, de nationalité indienne, vendredi 16 juillet, en Afghanistan, qui travaillait beaucoup avec les médias occidentaux et notamment français. “Danish Siddiqui travaillait pour l’agence Reuters et couvrait depuis plusieurs jours les événements en cours dans la province de Kandahar, dans le sud du pays”, à la frontière du Pakistan, indique Tolo News.

Un journaliste de la chaîne de télévision afghane a déclaré que Danish Siddiqui “s’était rendu dans le district de Spin Boldak avec les forces spéciales afghanes, dans le cadre de leur opération visant à reprendre la zone aux talibans”. Le reporter indien, âgé de 40 ans, a été tué ainsi qu’un haut gradé afghan, “lors d’un affrontement” entre les deux parties.

Citant un commandant local de l’armée afghane, Reuters précise que son photographe avait été “blessé au bras par des éclats d’obus plus tôt, dans la journée de vendredi”. Ce dernier était “en train de parler à des commerçants, lorsque les talibans ont à nouveau attaqué”.

Danish Siddiqui vivait à Bombay, avec sa femme et leurs deux jeunes enfants. Diplômé en économie et en communication à l’université Jamia Millia Islamia de Delhi, “il avait reçu le prix Pulitzer en 2018, en tant que membre de l’équipe de photographes de Reuters”. Il avait commencé sa carrière comme correspondant pour les actualités télévisées, puis s’était tourné vers le photojournalisme et avait rejoint Reuters en tant que stagiaire, en 2010.

Il se déplaçait avec des soldats afghans

Dans un communiqué,

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles