Afghanistan: Le personnel de sécurité fuit au Tadjikistan face à l'avancée des taliban

·2 min de lecture

DOUCHANBE/KABOUL (Reuters) - Plus d'un millier de membres des forces de sécurité afghanes ont franchi dimanche la frontière avec le Tadjikistan face à l'avancée des taliban dans le nord de l'Afghanistan, a déclaré le service tadjik des gardes-frontières.

Ces passages soulignent le basculement rapide de la situation en Afghanistan, alors que les troupes étrangères sont sur le point de se retirer complètement après 20 ans de guerre.

Des centaines de membres des forces de sécurité afghanes ont fui les avancées rapides des taliban dans le nord, mais les départs constatés dimanche sont les plus importants qui aient été confirmés, deux jours seulement après que les Etats-Unis ont officiellement quitté leur principale base en Afghanistan dans le cadre d'un plan de retrait de toutes les troupes étrangères prévu d'ici le 11 septembre.

Les taliban ont pris le contrôle de six districts importants dans la province septentrionale de Badakhshan, frontalière du Tadjikistan et de la Chine. Selon le service des gardes-frontières, 1.037 militaires afghans se sont enfuis avec l'autorisation du Tadjikistan.

Dimanche, le président afghan Ashraf Ghani s'est entretenu par téléphone avec son homologue tadjik Emomali Rakhmon pour discuter de ces développements.

"Une attention particulière a été accordée à l'escalade de la situation dans les zones du nord de l'Afghanistan adjacentes au Tadjikistan", a déclaré la présidence tadjike.

Elle a ajouté qu'Emomali Rakhmon avait exprimé sa préoccupation face aux "passages forcés" effectués par les membres des forces de sécurité afghanes.

Un responsable afghan a confirmé qu'il y avait eu des centaines de passages au Tadjikistan mais il a dit ne pas en connaître le nombre exact. "Les taliban ont coupé toutes les routes et ces personnes n'avaient d'autre choix que de traverser la frontière", a-t-il déclaré lundi à Reuters.

La semaine dernière, les Etats-Unis ont quitté la base aérienne de Bagram, mettant ainsi un terme effectif à la plus longue guerre de leur histoire, dans le cadre d'un accord avec les taliban, contre lesquels ils se battent depuis deux décennies.

Ces derniers ont cessé leurs attaques contre les forces occidentales mais ils continuent de cibler les autorités afghanes et les installations de sécurité, tandis qu'ils progressent rapidement dans le pays sur fond d'impasse dans les pourparlers de paix.

(Nazarali Pirnazarov à Douchanbé et le bureau de Kaboul, version française Hayat Gazzane)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles