Afghanistan: une journaliste australienne subit les foudres des autorités talibanes

Une journaliste australienne, auteure de plusieurs articles accusant les autorités talibanes de marier de force des adolescentes et des commandants talibans, d’utiliser des jeunes femmes afghanes comme esclaves sexuelles, dit avoir été détenue brièvement par les nouveaux services de renseignement afghans. Elle a quitté le pays, mercredi 20 juillet, et relate son expérience dans un article publié par un média américain.

Avec notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali

Lynn O’Donnell, journaliste australienne indépendante, travaille régulièrement pour le magazine américain Foreign Policy. Elle couvre l’Afghanistan depuis une vingtaine d’années. C’est dans un article publié mercredi sur le site internet du journal qu’elle explique avoir été arrêtée par les services de renseignement du régime taliban, à Kaboul, mardi 19 juillet. « Ils m'ont détenue, maltraitée et menacée et m'ont forcée à publier une rétractation », écrit-elle. En effet, c’est sur Twitter que la journaliste publie le message suivant : « Je m'excuse pour 3 ou 4 articles que j'ai écrits, accusant les autorités actuelles de marier de force des adolescentes et d'utiliser des adolescentes comme esclaves sexuelles au service de commandants talibans. »

Ces articles ont été rédigés à distance. Lynn O’Donnell, qui a quitté le pays ce mercredi, dit être arrivée en Afghanistan cette semaine, son premier voyage dans le pays depuis la chute de l’ancien régime afghan.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles