Afghanistan: les Etats-Unis démentent avoir laissé leurs chiens militaires dans le pays

·3 min de lecture
Un avion de l'US Air Force décolle de l'aéroport de Kaboul, le 30 août 2021 en Afghanistan - Aamir QURESHI © 2019 AFP
Un avion de l'US Air Force décolle de l'aéroport de Kaboul, le 30 août 2021 en Afghanistan - Aamir QURESHI © 2019 AFP

Les soldats américains auraient-ils laissé derrière eux leurs chiens d'assistance lorsqu'ils ont quitté l'Afghanistan? C'est la rumeur qui a enflé ces derniers jours sur les réseaux sociaux à l'heure du départ historique des États-Unis du sol afghan après vingt années de conflit.

Derrière ces accusations, des militants conservateurs, plusieurs figures politiques et des défenseurs des droits des animaux. Ce mardi, le Pentagone a balayé d'un revers de main les rumeurs.

Des évacuations devenues virales...

À l'origine de celles-ci, un tweet qui a fait couler beaucoup d'encre. Le 27 août dernier, Kaboul Small Animal Rescue (KSAR), un groupe de protection animale qui est venu en aide aux animaux blessés et déplacés pendant la guerre en Afghanistan, prévient sur Twitter qu'il tente d'évacuer les animaux dans la soute des avions quittant l'aéroport de la capitale afghane.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le groupe évoque notamment une cinquantaine de chiens d'assistance ayant besoin d'être évacués par avion. Une évacuation qui prend le nom d'"opération Hercules", financée par du crowdfunding et qui a duré plusieurs jours avant que des photos d'animaux ne deviennent virales.

Dimanche, une image publiée sur Twitter par l'organisation d'anciens combattants Veteran Sheepdogs of America montrait des animaux dans des caisses devant un avion militaire endommagé. Et dans la foulée lundi, le directeur général d'American Humane, un groupe de protection des animaux, écrivait une lettre ouverte à destination de l'armée américaine, critiquant son choix d'avoir prétendument laissé derrière elle des animaux qui avaient travaillé avec les États-Unis.

... et rapidement récupérées

Très vite, ces critiques sont reprises par les internautes, et particulièrement par des figures politiques de l'opposition. Le sénateur républicain de Floride Rick Scott partage notamment la lettre d'American Humane: "Exaspérant. Biden a laissé les Américains. Il a laissé nos alliés. Maintenant, il abandonne nos fidèles guerriers K-9".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Même son de cloche pour la républicaine Nicole Malliotakis qui reprend l'information sur son compte Twitter:

"Vraiment triste et sans cœur! L'administrateur Biden n'a pas seulement abandonné nos citoyens et nos partenaires afghans. Ils ont également abandonné des dizaines de chiens d'assistance."

Par la suite, plusieurs militants conservateurs se rallient au mouvement, et lancent même un hashtag #NoPawsLeftBehind. Comprenez, "pas de pattes laissées derrière nous".

Le Pentagone dément formellement

Le ministère de la Défense, cependant, nie que des chiens de service militaire ou des animaux sous contrat aient été laissés dans le pays.

"Les photos circulant en ligne étaient des animaux sous la garde du Kaboul Small Animal Rescue, et non des chiens sous la garde de l'armée américaine explique Eric Pahon, porte-parole du ministère de la Défense américaine. "Malgré une mission compliquée et dangereuse, les forces américaines ont fait de grands efforts pour aider le Kaboul Small Animal Rescue autant que possible". Eric Pahon assure que "tous les chiens d'assistance sont partis avec leurs maîtres."

Le porte-parole note également que "la mission prioritaire était l'évacuation des citoyens américains et des Afghans vulnérables" et que les "réglementations douanières" ont pu représenter un obstacle à l'évacuation des "chiens errants" du pays. Le Center for Disease Control and Prevention des États-Unis interdit en effet le voyage des chiens en provenance de pays à forte incidence de rage vers le territoire. Et l'Afghanistan fait partie de ces pays.

Si le Pentagone ne nie pas l'authenticité des photos devenues virales sur les réseaux sociaux, il conteste le fait que ces animaux aient travaillé avec l'armée d'une quelconque manière.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles