Afghanistan : "Dialogue ne veut pas dire reconnaissance politique" (Haut commissaire aux réfugiés)

·1 min de lecture

Notre envoyée spéciale à Kaboul a interviewé ce lundi le Haut commissaire de l'ONU aux réfugiés en visite officielle chez les nouveaux maîtres du pouvoir, à Kaboul.

Filippo Grandi a expliqué les raisons de son arrivée dans la capitale afghane.

Au nom de l'urgence humanitaire et des risques encourus par la population après le départ des Etats-Unis, le diplomate rappelle la mission des Nations unies à venir en aide aux Afghans.

Filippo Grandi insiste sur la nécessité vitale de dialoguer avec les talibans tout en précisant que ce dialogue ne signifie pas une "reconnaissance politique".

Et d'appeler la communauté internationale à financer rapidement la première levée de fond lancée par l'ONU à hauteur de 600 millions de dollars.

Propos recueillis par Anelise Borges pour Euronews.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles