Afghanistan: la culture du pavot à opium en hausse depuis le retour des talibans

AP - Abdul Khaliq

La culture du pavot à opium a augmenté de 32% sur un an en Afghanistan, selon le premier rapport sur le sujet publié, mardi 1er novembre, par l'ONU, depuis la prise de pouvoir par les talibans en août 2021.

Si, depuis leur retour en août 2021, les talibans affirment vouloir mettre un terme à la consommation de drogue, le discours est moins franc concernant la production du pavot, alors que le pays est le premier producteur d'opium au monde. La culture du pavot a augmenté de 32% et « atteint désormais 233 000 hectares », alerte l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Le rapport note par ailleurs que les prix de l'opium « se sont envolés » depuis que les talibans ont interdit la plantation de la fleur en avril 2022.

► À lire aussi : Opium: le dilemme des talibans

La récolte de cette année a été largement exemptée du décret. Les agriculteurs afghans doivent maintenant décider, début novembre, s'ils plantent du pavot à opium pour l'année prochaine sans savoir si les autorités vont appliquer l'interdiction, explique l'organisme basé à Vienne, en Autriche. Ils sont « pris au piège de l'économie illicite des opiacés », selon la directrice exécutive de l'ONUDC, Ghada Waly, citée dans un communiqué, qui appelle la communauté internationale à « intensifier les interventions ».

Premier producteur mondial

Les saisies d'opiacés dans les pays frontaliers de l'Afghanistan indiquent que le trafic d'opium et d'héroïne afghans n'ont pas cessé.


Lire la suite sur RFI