En Afghanistan, le chaos et la peur s’amplifient à l’approche du 31 août

·3 min de lecture

Les talibans demeurent intraitables face à l'évacuation de l'aéroport de Kaboul. Les nouveaux maîtres de l'Afghanistan ont réitéré mardi leur refus de reporter le retrait des forces américaines le 31 août. Selon leur porte-parole, Zabihulla Mujahid, seuls les étrangers seront autorisés à quitter le pays. Les civils craignent désormais le pire.

C’est avant tout un message adressé à la communauté internationale. Cela ne change rien pour la majorité des Afghans que nous voyons ici, puisque c’est ce qu’ils vivent depuis dix jours, rapporte notre envoyé spécial à Kaboul, Vincent Souriau. Interdiction de passer les barrages talibans. Pour les avoir vus à l’œuvre il y a quelques minutes, personne n’a envie de forcer ces barrages talibans, encore moins lorsque vous avez un bébé dans les bras, parce qu’ils n’ont pas de limites.

Ainsi, un peu plus tôt, à la principale porte de l’aéroport, il a fallu courir, parce qu’ils sortent le fouet et qu’ils tapent au hasard. Il y a trop de monde, ils ne savent pas gérer et n’ont pas envie d’être là pour faire du maintien de l’ordre... Donc, ils bloquent tout et s’énervent très vite.

À lire aussi : Afghanistan: pour Ahmad Wali Massoud, «la priorité est de réduire la violence des talibans»

Des milliers de personnes abandonnées

On voit des dizaines, des centaines de personnes qui ont des passeports étrangers, des passeports britanniques par exemple. Ils les montrent, les agitent. Ces passeports sont leur vie mais ils ne peuvent pas passer, on les en empêche et personne ne va venir les chercher, parce que c’est trop dangereux. Parce que les troupes étrangères sont dans l’enceinte de l’aéroport et n’en sortent pas. Cela signifie que des milliers de personnes, peut-être des dizaines de milliers, qui ont des papiers occidentaux, qui ont des visas, qui ont tout dépensé pour venir à Kaboul, tous ces gens vont être abandonnés à leur sort. Beaucoup d'entre eux ont peur pour leur vie car la plupart ont travaillé pour le gouvernement déchu ou les forces occidentales.

C'est le cas de cette militante des droits civiques, contactée par Justine Maurel du service international de RFI. Originaire de Kandahar, cela fait cinq jours qu'elle est bloquée devant l'aéroport, les talibans l'empêchent d'entrer : « Ils m’ont frappée avec des bâtons au niveau du dos. Je leur ai dit plusieurs fois que je suis une militante des droits civiques et mes proches attendent dans l’aéroport. Je leur ai dit : "Vérifiez juste mes papiers. S'ils sont faux, je suis sûre que je ne rentrerai pas dans l’aéroport". Mais ils ne vérifient pas mes papiers. Ils acceptent des pots-de-vin de la part de Pachtounes qui n’ont aucun papier d’identité, qui ne parlent même pas anglais, qui viennent de régions éloignées, et ils les font entrer dans l’aéroport. D’autres communautés comme les Hazaras, Turkmènes, Ouzbeks, Tadjiks, ne sont pas autorisées à entrer dans l’aéroport. C’est sûr que les défenseurs des droits des femmes, les militants politiques, se feront tuer par les talibans parce que dans ce genre de crise, personne n'a de droits. Et ces visas, ces citoyennetés, font partie des droits des femmes politiques, les défenseurs des droits des femmes, ceux qui sont directement sous la menace des talibans. »

À lire aussi : Afghanistan: «Les filles feront tout pour continuer à apprendre»

Une date de retrait prématurée pour plusieurs pays

Plusieurs pays ont averti que le délai du 31 août ne sera pas suffisant pour évacuer tous ceux qui le souhaitent. La France pourrait d'ailleurs interrompre ses évacuations avant la fin de la semaine. Le président américain a laissé entrevoir la possibilité d'ajuster le calendrier si « cela était nécessaire ». Par exemple, si les talibans entravent les efforts d'évacuation.

De leur côté, les Russes ont procédé ce mercredi à leurs premières évacuations. Moscou met en place un pont aérien pour évacuer environ 500 ressortissants russes et de pays voisins de l'Afghanistan. La Russie annonce être disposée à évacuer des ressortissants d'autres pays, a indiqué ce mercredi matin le ministère de la Défense russe.

En Allemagne, rapporte notre correspondant Berlin, Pascal Thibaut, le Parlement est appelé ce mercredi a posteriori à valider les opérations d’évacuation d’urgence. Angela Merkel, dans une déclaration de politique générale, a exposé les priorités immédiates de l'Allemagne et plaidé pour un dialogue avec les talibans au profit des Afghans.

« Premièrement, nous poursuivons les opérations d’évacuation le plus longtemps possible pour permettre à des Afghans qui nous ont soutenus pour développer les libertés, la sécurité, l’État de droit et l’économie de quitter leur pays, a déclaré la chancelière. Deuxièmement, nous soutenons les organisations des Nations unies pour la prise en charge des réfugiés. L’Allemagne prévoit une aide d’urgence de 100 millions d’euros et 500 à moyen terme pour l’aide humanitaire en Afghanistan et dans les pays voisins. Et troisièmement, nous n’hésiterons pas à dialoguer avec les talibans pour tenter de sauvegarder les avancées au profit des Afghans durant les vingt dernières années et pour protéger des personnes menacées après la fin des opérations d’évacuation. »

« Nous avons besoin des troupes américaines »

La décision de Joe Biden inquiète de nombreux Afghans encore sur place, comme ce militant des droits humains joint par téléphone à Kaboul et qui souhaite rester anonyme.

« C'est un gros problème pour les Américains, pour la communauté internationale. Ils sont restés vingt ans en Afghanistan, ils ont contrôlé le pays, ils nous ont aidés. C'est une mauvaise décision. Ils n'ont pas battu les talibans, le terrorisme, le racisme qui est très présent en Afghanistan. Ils ne se battent pas, et ces gros problèmes vont revenir dans le pays. Nous avons besoin des troupes américaines. Si elles partent, beaucoup de gens seront victimes du terrorisme. Nous sommes déjà en train de souffrir de ça, nous ne savons pas ce que nous allons devenir.

Je suis un militant des droits humains, les talibans m'ont mis en garde. Ils m'ont demandé : "Pourquoi tu publies des choses contre nous sur Facebook ?".

Alors maintenant, je me cache. Je suis en train de vivre une vie secrète, je ne sais pas quoi faire. Les talibans tuent les militants des droits humains, ils tuent des gens. Ils interdisent les femmes de travailler, d'aller à l'école, à l'université. Ils ne croient pas aux droits humains. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles