Afghanistan, burkini, Oklahoma, Internet : les informations de la nuit

- / AFP

Afghanistan : au moins 12 morts dans quatre attentats. Des attaques à la bombe ont visé mercredi trois minibus à Mazar-i-Sharif (Nord) qui ont été revendiqués par le groupe État islamique, rapporte Al-Jazeera. Un autre attentat a également visé une mosquée de Kaboul, selon les autorités. Le nombre d’attentats a diminué dans le pays depuis que les talibans ont pris le pouvoir en août, mais une série d’attaques meurtrières à la bombe, dans lesquelles des dizaines de personnes ont trouvé la mort, a frappé le pays fin avril, pendant le mois saint du ramadan. Certains de ces attentats avaient été revendiqués par le groupe EI, et avaient visé en particulier la minorité chiite hazara, considérée comme hérétique par l’organisation terroriste.

France : coup d’arrêt au burkini dans les piscines de Grenoble. Le tribunal administratif de la ville a suspendu mercredi l’autorisation du port de ce maillot de bain couvrant dans les piscines grenobloises, rapporte Il Giornale. Le quotidien conservateur italien, qui voit dans le burkini “un symbole de l’Islam le plus intégriste”, rappelle que le conseil municipal de Grenoble avait donné son feu vert lundi au port de cette tenue de bain. Le préfet de l’Isère avait alors déposé un “référé laïcité” réclamant sa suspension. Le tribunal a estimé mardi que l’article en cause portait “gravement atteinte au principe de neutralité du service public”. Le maire EELV de Grenoble Eric Piolle a annoncé peu après cette décision que la ville ferait “appel devant le Conseil d’État”, dans un court message posté sur Twitter.

États-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma promulgue une loi bannissant l’avortement dès la fécondation. “J’avais promis aux habitants de l’Oklahoma qu’en tant que gouverneur, je signerais toute loi pro vie qui se présenterait à moi, et je suis fier d’avoir tenu cette promesse”, a déclaré mercredi le républicain Kevin Stitt. Bastion conservateur du sud des États-Unis, l’Oklahoma est désormais l’État possédant la réglementation la plus restrictive en matière d’IVG. Inspiré d’une loi texane, ce texte ouvre la porte à des poursuites lancées par de simples citoyens à l’encontre de personnes soupçonnées d’avoir avorté. La loi “bafoue ouvertement la protection du droit à l’avortement mise en place par la Cour suprême”, note le quotidien The Oklahoman. Le texte avait été adopté par le parlement de l’État mi-mai dans un contexte de menace du droit à l’IVG après que le magazine Politico a révélé qu’une majorité de juges de la Cour suprême étaient prêts à revenir sur l’arrêt Roe v. Wade qui garantit le droit à l’avortement.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles