Afghanistan: au moins quatre morts après un attentat à la bombe contre un minibus à Kaboul

Kaboul. (Photo d'illustration) - WAKIL KOHSAR / AFP
Kaboul. (Photo d'illustration) - WAKIL KOHSAR / AFP

Aucun groupe n'a encore revendiqué l'attaque alors que le pays a connu une série d'attentats meurtriers ces dernières semaines.

Au moins quatre personnes ont été tuées samedi dans un attentat à la bombe contre un minibus à Kaboul, la capitale de l'Afghanistan, a-t-on appris auprès de la police. La bombe placée dans un minibus a explosé en début de soirée dans un quartier est de Kaboul, a indiqué à l'AFP le porte-parole de la police de la ville, Khalid Zadran. Aucun groupe n'a pour l'instant revendiqué cet attaque.

Le nombre d'attentats a diminué dans le pays depuis que les talibans ont pris le pouvoir en août 2021, mais une série d'attaques meurtrières à la bombe, dans lesquelles des dizaines de personnes ont trouvé la mort, a frappé le pays fin avril, pendant le mois saint du ramadan, et aussi fin mai. La plupart ont été revendiquées par Daesh.

Bataille d'influence avec les talibans

Le 25 mai, au moins seize personnes ont été tuées dans quatre attentats à la bombe: trois contre des minibus à Mazar-i-Sharif (nord) et un quatrième contre une mosquée à Kaboul. Toujours à Mazar-i-Sharif, des attentats à la bombe contre deux minibus transportant des passagers chiites, ont fait neuf morts le 28 avril, et le 21 avril, l'explosion d'une bombe dans un mosquée chiite a tué 12 personnes.

Le 22 avril, au moins 36 personnes, dont des enfants, ont trouvé la mort à Kunduz (nord-est) dans un autre attentat à la bombe contre une mosquée sunnite, fréquentée par des soufis, pendant la prière du vendredi. Enfin à Kaboul, dix personnes ont été tuées le 29 avril lors d'une explosion dans une mosquée sunnite, après la prière du vendredi.

Les talibans tentent de minimiser la menace de l'État islamique-Khorasan (EI-K), la branche régionale de Daesh, et mènent une lutte sans pitié contre le groupe, qu'ils combattent depuis des années. Ils ont multiplié les raids, notamment dans la province orientale de Nangarhar, et arrêté des centaines d'hommes accusés d'en faire partie. Ils assurent depuis quelques mois avoir vaincu l'EI-K, mais les analystes estiment que le groupe extrémiste constitue toujours le principal défi sécuritaire pour le nouveau pouvoir afghan.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - À Kaboul, des femmes ont manifesté contre l'obligation du port du voile intégral en public imposée par les talibans

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles