Afghanistan: un mort dans l'attaque contre une chaîne de télévision

Shah MARAI
Afghanistan: un mort dans l'attaque contre une chaîne de télévision

Kaboul (AFP) - Un commando d'hommes déguisés en policiers a attaqué mardi le siège de la chaîne de télévision Shamshad TV à Kaboul, tuant une personne, dans un contexte de violence croissante en Afghanistan à l'encontre des journalistes.

L'attaque, qui a été revendiquée par le groupe jihadiste Etat islamique, a duré environ trois heures, avant que les forces de sécurité afghanes, lourdement armées, n'y mettent un terme et ne libèrent les employés de la chaîne cachés dans l'immeuble.

"L'attaque est terminée. D'après le commandant des forces spéciales, tous les employés qui étaient à l'intérieur de l'immeuble ont été sauvés", a fait savoir Shamshad TV, qui a immédiatement recommencé à émettre, une fois l'assaut terminé.

Il s'agit d'"une attaque contre la liberté de la presse, mais ils ne pourront pas nous réduire au silence", a lancé le rédacteur en chef de Shamshad, Abid Ehsas, depuis un hôpital de Kaboul où étaient soignés certains de ses collègues.

D'après Shamshad, l'un des deux assaillants s'est fait exploser à la porte de l'immeuble, tandis que l'autre, lourdement armé, a d'abord ouvert le feu sur les employés, avant de se retrancher sur le toit et de viser les forces de sécurité.

Un employé de la chaîne a été tué, a indiqué un porte-parole du ministère de l'Intérieur, Najib Danish, révisant à la baisse un précédent bilan de deux morts.

"Vingt de nos collègues ont été blessés, dont 6 grièvement" a relaté un présentateur de la chaîne, apparaissant à l'antenne peu après la fin de l'assaut, des bandages sur les mains.

"Nous avons cessé d'émettre pendant environ 3 heures, mais nous sommes tous revenus. Tous nos journalistes et collègues sont de retour à leurs postes", a ajouté le présentateur, qui a dit avoir été atteint par des éclats de verre.

La chaîne, qui émet en langue pachtoune, la deuxième la plus parlée dans le pays, n'avait pas reçu de menace avant l'attaque, selon son rédacteur en chef.

- "Crime horrible" -

Le groupe Etat islamique a revendiqué l'attaque via son organe de propagande Amaq. Il affirme avoir tué "vingt gardes et employés de Shamshad". Le porte-parole des talibans, Zabiullah Mujahid, avait auparavant nié dans un tweet toute implication des talibans dans l'attaque.

Le chef de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a qualifié d'"inacceptable" une telle "attaque contre des civils" lors d'un point presse à Bruxelles.

"C'est particulièrement sérieux lorsqu'il s'agit d'une attaque contre une chaîne de TV (...), l'un des éléments les plus importants dans une société libre et ouverte, c'est-à-dire une presse libre", a-t-il ajouté, saluant le "professionnalisme" de la réponse des forces de sécurité afghanes.

L'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International a qualifié l'attentat de "crime horrible qui démontre de manière tragique les risques qu'encourent les journalistes afghans en faisant leur travail légitime".

Le président afghan Ashraf Ghani a condamné l'attaque et promis des "mesures sérieuses" pour protéger les journalistes.

Les violences contre les journalistes sont en forte hausse en Afghanistan, selon l'ASJC, une association de journalistes afghans qui a dénombré 13 employés de médias tués en 2016, dont dix par les talibans. L'Afghanistan est le deuxième pays le plus dangereux au monde après la Syrie pour les reporters, estime l'ASJC.

En janvier 2016, sept employés de Tolo TV, la principale télévision privée du pays, très critique des talibans, avaient été tués dans un attentat-suicide contre un minibus de la chaîne. Les insurgés avaient justifié l'attaque comme une revanche contre la "diffusion de propagande" défavorable à leur endroit.

Dix journalistes afghans ont aussi été tués au cours des six premiers mois de 2017, selon l'ASJC.

Les attentats se multiplient depuis le début de l'année à Kaboul, frappée fin mai par sa pire attaque, qui avait fait au moins 150 morts. Trois attentats, dont un contre une mosquée chiite, ont fait au moins 75 morts les deux dernières semaines d'octobre.

L'attaque de mardi démontre en outre que "Kaboul est l'un des endroits les plus risqués du pays", souligne encore Amnesty International, enjoignant aux pays européens de cesser d'y rapatrier de force des migrants.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages