Afghanistan: un an après la chute de Kaboul, le chaos du retrait américain a laissé des traces aussi à Washington

Un an après la chute de Kaboul, les conséquences se font sentir du point de vue américain. Un mot revient quand sont évoqués la chute de Kaboul et le retrait américain qui s’en est suivi : « chaotique ».

Avec notre correspondant à Washington, Guillaume Naudin

Un retrait « chaotique », c’est le moins que l’on puisse dire. Quelques semaines seulement après le départ des derniers soldats américains, les plus hauts responsables du Pentagone reconnaissaient un échec stratégique. Ce que les militaires américains et l’administration Biden n’ont pas anticipé, c’est un effondrement si rapide de l’armée et de l’état afghans.

Quand il devient évident que Kaboul va tomber, tout se fait alors dans l’urgence. Trois mille soldats sont déployés pour sécuriser le retrait des ressortissants américains encore sur place. On voit l’ambassade évacuée par voie aérienne, ce qui ne s’était pas vu depuis la chute de Saïgon au Vietnam. Les images sont terribles pour les États-Unis. Comme les images de ce qui se passe à l’aéroport pendant l‘évacuation avec des milliers d’afghans qui tentent à tout prix de monter dans des avions.

Le chaos est total, et il culmine avec l’attentat du 26 août signé de l’organisation État Islamique qui va faire 182 morts dont 13 soldats américains près de l’aéroport.

Joe Biden en question

À écouter aussi notre édition spéciale de ce lundi 15 août


Lire la suite sur RFI