Afghanistan : Ahmad Massoud suit la voie tracée par son père

C'était un "combattant de la liberté dont le visage, dont le combat, dont les paroles nous inspirent encore aujourd'hui, en Afghanistan mais aussi ici, à Paris", a déclaré Anne Hidalgo, la maire (PS) de Paris. Depuis samedi 27 mars, une allée de la capitale porte le nom du commandant Massoud, un chef militaire afghan qui avait tenu tête aux Soviétiques puis aux talibans et disparu dans un attentat-suicide (attribué à Al-Qaïda) le 9 septembre 2001. Un défi ambitieux Présent en France pour cette inauguration, Ahmad Massoud ressemble beaucoup à son père. Physiquement, d'une part. Mais aussi dans le discours. Il imagine que la transition vers un gouvernement islamique modéré est toujours possible. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il rebâtit un mouvement inspiré de l'Alliance du Nord, là où le célèbre commandant a écrit sa légende. Mais la route est longue, car l'Afghanistan est un pays meurtri par ses divisions et la radicalité de ses extrémistes. Le défi d'Ahmad Massoud est ambitieux : rétablir la stabilité politique, quitte à prendre les armes s'il le faut.