Afghanistan: un 4e avion avec à son bord des rapatriés français et afghans est arrivé à Paris

·1 min de lecture

Un 4e avion français en provenance d'Abou Dabi avec à son bord des rapatriés français et afghans est arrivé à Paris, ce vendredi soir, à l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle.

Un quatrième avion français, avec à son bord des Afghans et des Français, est arrivé ce vendredi en France. Il y avait à son bord 99 Afghans et quatre français, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Il est parti de Kaboul, comme les trois autres avant lui, pour aller à Abu Dabi avant d'arriver à Paris.

Un troisième avion est arrivé jeudi, lui aussi à l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, avec à son bord plus de 200 personnes, parmi lesquelles des Français et une grande majorité d'Afghans. 

Les Afghans exfiltrés sont pris en charge par l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) et l'association France Terre d'asile, qui ont refusé de fournir des précisions sur leurs lieux d'hébergement. 

Près de 600 réfugiés en France

L'opération, baptisée Apagan, mobilise deux avions de l'armée de l'Air sur le tronçon Emirats-Kaboul et deux autres pour les vols entre les Emirats et la France. 

En tout, près de 600 personnes, toutes nationalités confondues, ont pu rejoindre le territoire français. Il s'agit de ressortissants de l'Hexagone, de réfugiés afghans mais aussi des personnes de nationalités partenaires avec lesquelles la France travaillait en Afghanistan.

"La situation à Kaboul reste complexe. L'ensemble des services de l'État concernés et l'ambassade de France sur le terrain restent pleinement mobilisés pour assurer de nouvelles rotations dès que possible", avait souligné un communiqué du ministère de l'Intérieur jeudi.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles