Afghanistan : les États-Unis entament la dernière phase de leur retrait

·5 min de lecture

L'armée américaine a démarré la phase ultime de son retrait d'Afghanistan, qui devrait se poursuivre tout l'été, laissant place aux doutes quant à l'avenir du pays.

Les États-Unis commencent officiellement, samedi 1er mai, le retrait de leurs derniers soldats d'Afghanistan, qui une fois achevé sonnera la fin d'une guerre de 20 ans pour eux, mais ouvrira une période de forte incertitude pour un pays sous l'emprise grandissante des Taliban.

Dans les faits, le processus de retrait est déjà en cours, selon des responsables américains en Afghanistan, et la date du 1er mai est avant tout symbolique. Il s'agissait de l'échéance choisie lors de l'accord signé en février 2020 à Doha, au Qatar, avec les Taliban par l'ancienne administration de Donald Trump, actant ce retrait.

Ces derniers jours, le ciel au-dessus de Kaboul et de la base aérienne toute proche de Bagram s'est plus souvent que d'ordinaire rempli d'hélicoptères américains, chargés de préparer ce grand départ, qui interviendra d'ici le 11 septembre, date du 20e anniversaire des attentats de 2001.

>> À voir : Traumatisés par la guerre, les Afghans plébiscitent les émissions de soutien psychologique

Les alliés de l'Otan ont, eux, commencé jeudi le retrait des contingents de la mission "Resolute Support", qui doit se faire de manière coordonnée avec les Américains.

Le président Joe Biden avait confirmé mi-avril le départ des 2 500 soldats encore présents en Afghanistan. "L'heure est venue de mettre fin à la plus longue guerre de l'Amérique", avait-il déclaré, estimant que l'objectif de l'intervention, qui était d'empêcher l'Afghanistan de servir à nouveau de base à des attaques contre son pays, avait été rempli.

Peur de nombreux Afghans

Les États-Unis étaient intervenus en Afghanistan dans la foulée des attentats de 2001 contre les tours jumelles de New York et le Pentagone. Ils ont chassé du pouvoir les Taliban, accusés d'avoir accueilli la nébuleuse jihadiste Al-Qaïda responsable des attentats, avant de s'enliser.

Au plus fort de leur présence, en 2010-2011, quelque 100 000 militaires américains étaient déployés dans le pays. Plus de 2 000 Américains et des dizaines de milliers d'Afghans ont été tués au cours de ce conflit.

Depuis la signature de l'accord de Doha, les Taliban se sont abstenus d'attaquer directement les forces étrangères. Mais ils se sont montrés sans pitié avec les troupes gouvernementales, qu'ils ne cessent de harceler dans les campagnes, tout en terrorisant les grandes villes avec des attentats ciblés.

>> À lire : Un départ sans gloire d'Afghanistan pour les États-Unis et des Taliban "plus forts que jamais"

L'annonce du départ des Américains n'a fait qu'exacerber la peur de nombreux Afghans, qui redoutent de voir les Taliban revenir au pouvoir et imposer le même régime fondamentaliste que lorsqu'ils gouvernaient le pays, entre 1996 et 2001.

"Tout le monde est effrayé à l'idée de retourner aux jours sombres de l'ère talibane", a déclaré à l'AFP Mena Nowrozi, une employée d'une radio privée à Kaboul. "Les Taliban sont toujours les mêmes, ils n'ont pas changé. Les États-Unis auraient dû rester au moins une ou deux années de plus."

"Dans le pire des cas, on a un effondrement du gouvernement afghan"

Le président afghan, Ashraf Ghani, affirme que les troupes gouvernementales, qui depuis plusieurs mois déjà se battent seules sur le terrain – mais parfois avec le soutien aérien des Américains –, sont "pleinement capables" de résister aux insurgés.

Il veut aussi croire que le retrait américain signifie que les Taliban n'ont plus de raison de continuer à se battre. "Qui tuez-vous ? Qui détruisez-vous ? Il en est maintenant fini de votre prétexte de tuer des étrangers", a-t-il dit cette semaine dans un discours.

Mais le chef d'état-major américain, le général Mark Milley, a reconnu mercredi ne pas pouvoir exclure l'éventualité d'un chaos total. "Dans le pire des cas, on a un effondrement du gouvernement afghan, un effondrement de l'armée afghane, on a une guerre civile, on a la catastrophe humanitaire qui va avec, puis le retour potentiel d'Al-Qaïda", a-t-il admis.

>> À lire : Afghanistan : Joe Biden met fin à "la plus longue guerre de l'Amérique"

Attaque à Kandahar

Les forces de sécurité afghanes étaient en état d'alerte, redoutant des attaques contre les forces américaines au moment de leur retrait.

L'armée américaine a par ailleurs indiqué avoir mené une "frappe de précision" le même jour, après qu'un terrain d'aviation de la province de Kandahar, où se trouve l'une de leurs bases, a fait l'objet d'une attaque.

La frappe, ordonnée après que la base eut été la cible d'"inefficaces tirs indirects", a "détruit d'autres missiles visant le terrain d'aviation", a indiqué un porte-parole de l'armée américaine.

Le ministre afghan de la Défense par intérim, Zia Yasin, avait auparavant déclaré que les troupes américaines et alliées quitteraient leurs bases dans tout le pays pour se rassembler à Bagram, la plus grande base américaine en Afghanistan.

Abdul Malik, un policier de Kandahar, l'un des bastions historiques des Taliban, avait affirmé à l'AFP que les forces armées étaient prêtes. "Nous devons défendre notre patrie (...) Nous ferons de notre mieux pour défendre notre sol", a-t-il insisté.

Rien ne garantit que les Taliban n'attaqueront pas les troupes américaines ou de l'Otan pendant leur retrait. S'ils le faisaient, ce serait "pour faire saigner le nez d'un ennemi battu et pour l'humilier encore plus", avait par ailleurs souligné l'expert indépendant Nishank Motwani.

Pour Andrew Watkins, analyste à l'International Crisis Group, les prochaines semaines vont permettre à l'armée afghane et aux Taliban "de se battre et d'évaluer leur adversaire sans le facteur supplémentaire qu'étaient les États-Unis".

Avec AFP