Afghanistan : à Kaboul, une manifestation de femmes violemment dispersée par les Taliban

Des Taliban ont violemment dispersé, samedi à Kaboul, un rassemblement de femmes qui manifestaient pour le droit au travail et à l'éducation, près d'un an après le retour au pouvoir des islamistes en Afghanistan. Depuis le retour des Taliban, une série de restrictions ont été imposées à la société civile, dont une grande partie vise à soumettre les femmes à leur conception intégriste de l'islam.

Tirs en l'air et coups de crosse : des Taliban ont violemment dispersé, samedi 13 août à Kaboul, une manifestation de femmes pour le droit au travail et à l'éducation, presque un an après l'arrivée au pouvoir des islamistes en Afghanistan.

Une quarantaine de femmes scandant "Pain, travail et liberté" ont défilé devant le ministère de l'Éducation avant qu'un groupe de combattants talibans ne les dispersent en tirant en l'air par rafales, quelque cinq minutes après le début de la marche.

Les manifestantes portaient une banderole sur laquelle ont pouvait lire : "Le 15 août est un jour noir", en référence à la date de la prise de Kaboul en 2021 par les Taliban.

"Justice, justice. Nous en avons marre de l'ignorance", ont-elles scandé avant d'être dispersées violemment.

Des Taliban en tenue militaire et armés de fusils d'assaut ont bloqué un carrefour devant les manifestantes et commencé à tirer en l'air pendant de longues secondes. L'un d'eux a simulé un tir en visant les manifestantes, a constaté un journaliste de l'AFP.

>> À lire sur France 24 : Afghanistan : un an après la chute de Kaboul, l’organisation État islamique en embuscade

Certaines manifestantes se sont ensuite réfugiées dans des magasins proches où elles ont été pourchassées, puis battues à coups de crosse de fusil par des Taliban. Ils ont également confisqué les téléphones portables de manifestantes. Des journalistes ont aussi été frappés.

"Nous allons proteste depuis nos maisons"

Une manifestante, Munisa Mubariz, assure qu'elle avait l'intention de continuer à protester en faveur des droits des femmes. "Nous ne laisserons pas les Taliban taire nos voix. Nous allons protester depuis nos maisons", a-t-elle ajouté.

Les manifestations de femmes pour réclamer plus de droits ont été de plus en plus rares dans la capitale, surtout après l'arrestation en début d'année d'organisatrices de ces rassemblements, dont certaines ont été gardées plusieurs semaines en détention.

Depuis leur retour au pouvoir en août 2021, les islamistes fondamentalistes ont progressivement rogné les libertés conquises par les femmes ces vingt dernières années, depuis la chute de leur précédent régime (1996-2001).

Ils ont imposé une série de restrictions à la société civile, dont une grande partie visent à soumettre les femmes à leur conception intégriste de l'islam.

>> À lire aussi : Pour l’ancienne ministre afghane des Affaires féminines, Habiba Sarabi, "les Taliban n’ont cure de la voix des femmes"

Ils ont largement exclu ces dernières des emplois publics, ont restreint leur droit à se déplacer, et ils ont interdit l'accès des filles au collège et au lycée.

"Ségrégation sexuelle totale"

La dernière restriction date de début mai, quand le gouvernement a publié un décret, approuvé par le chef suprême des Taliban et de l'Afghanistan, Hibatullah Akhundzada, rendant obligatoire pour les femmes le port du voile intégral en public.

Les Taliban ont précisé que leur préférence allait à la burqa, ce voile intégral le plus souvent bleu et grillagé au niveau des yeux, mais que d'autres types de voile ne laissant apparaître que les yeux seraient tolérés.

Ils ont aussi estimé qu'à moins que les femmes n'aient de raison pressante de sortir, il était "mieux pour elles de rester à la maison".

Toutes ces mesures "décrivent un modèle de ségrégation sexuelle totale et visent à rendre les femmes invisibles dans la société", a déclaré en mai à Kaboul le rapporteur spécial de l'ONU pour les droits humains en Afghanistan, Richard Bennett.

Dans un communiqué, l'association de défense des droits humains Human Rights Watch avait appelé jeudi les Taliban à "revenir sur leur décision horrible et misogyne" d'interdire l'éducation aux femmes.

"Cela enverrait le message que les talibans sont prêts à reconsidérer leurs actions les plus flagrantes", a déclaré Fereshta Abbasi, chercheuse sur l'Afghanistan au sein du de l'ONG.

Ces deux dernières décennies, les Afghanes avaient acquis de libertés nouvelles, retournant à l'école ou postulant à des emplois dans tous les secteurs d'activité, même si le pays est resté socialement conservateur.

Avec AFP