Afghanistan : à Calais, l'inquiétude des réfugiés pour leurs familles restées au pays

Des scènes de chaos et la peur des civils : l'Afghanistan est de nouveau tombé aux mains des talibans. En dix jours, le mouvement islamiste radical, qui avait déclenché une offensive en mai à la faveur du début du retrait des troupes étrangères, a pris le contrôle de presque tout le pays. Des milliers d'Afghans tentent de fuir, acculés à l'aéroport de Kaboul où les vols civils et commerciaux ont été suspendus. A des milliers de kilomètres, à Calais, les réfugiés s'inquiètent pour leurs familles restées sur place. "C'est une situation terrible", confie Abdul, 28 ans, qui passe ses journées sur son téléphone, inquiet.

Sans nouvelles de ses proches

"Les Afghans connaissant les talibans, ils ont tué beaucoup de gens", confie-t-il au micro d'Europe 1. "C'est très triste pour nous, mes amis, ma famille." Il a peu de nouvelles de ses proches : ses appels restent sans réponse. Il y a deux jours, il a reçu un message vocal de son frère qui lui indique qu'il est bien arrivé à Kaboul. Depuis, plus rien. 

>>Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

En faisant défiler les photographies de sa famille sur son smartphone, Abdul se désole. "Ça c’est ma mère. Elle reste à la maison avec un fusil dans sa main et les enfants", commente-t-il. "Elle tente de protéger tout le monde, mais elle est toute seule. Elle ne peut pas faire grand-chose."

Une seule solution : partir

Abdul a évoqué avec sa famille la possibilité de quitter le pays, notamment pour venir le rejoindre en Fra...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles