Affolement. En Équateur, des cadavres dans les rues de Guayaquil

Courrier international (Paris)
1 / 2

Affolement. En Équateur, des cadavres dans les rues de Guayaquil

L’Équateur est plus fortement touché par le Covid-19 que nombre de ses voisins. Et la deuxième ville du pays, Guayaquil, condense près de la moitié des cas et un nombre de victimes certainement bien plus élevé que les annonces officielles ne le disent.

“Guayaquil présente plus de cas de Covid-19 que sept autres pays de la région”, titre le quotidien équatorien El Universo. La deuxième ville de l’Équateur, avec ses 2,7 millions d’habitants, paie un lourd tribut à la pandémie avec 47,4 % des cas de malades du Covid-19 du pays, sur un total, au 1er avril, de 2 748 patients atteints.

La province de Guayas qui inclut Guayaquil, sur la côte Pacifique de l’Équateur, totalise même 70 % des cas à elle seule, et le site hispanophone de Deutsche Welle rapporte, ce 2 avril, le décès de quatre journalistes et l’isolement de quatorze autres dans cette province, où ils faisaient leur travail sans équipement de protection.

Quatre-vingt-treize personnes sont décédées officiellement. Mais des vidéos circulent montrant des cadavres “qui s’accumulent dans les immeubles et dans la rue”, titre le média argentin Río Negro, et une bataille de chiffres s’est engagée entre les déclarations officielles et ceux qui dénoncent un plus grand nombre de victimes. La plupart des décès signalés ne sont pas intégrés aux statistiques du

[...] Retrouvez cet article sur Courrier international

À lire aussi :
Coronavirus. Au Mexique, des dizaines de millions de travailleurs informels menacés par la crise
Crise. Le Venezuela au temps du coronavirus, une catastrophe annoncée
Crise sanitaire. Face au coronavirus, l’Amérique latine partagée entre confinement et incrédulité
Coronavirus. Haïti sera bien seul face à la pandémie