Affolées par le spectre d’une récession mondiale, les Bourses continuent à dégringoler

SPENCER PLATT / AFP

“Les actions ont plongé vendredi à leur plus bas niveau depuis 2020, poursuivant une chute observée depuis août, alors que les investisseurs font face, aux États-Unis et dans le reste du monde, à une tempête économique qui devrait continuer à s’aggraver”, écrit le Washington Post.

À Wall Street, le Dow Jones a clôturé en repli de 1,62 %, tandis que le Nasdaq a perdu 1,80 %, à l’unisson de toutes les places européennes, de Paris à Francfort, en passant par Madrid et Milan – lanterne rouge avec un repli de 3,36 %.

L’inquiétude des investisseurs a été renforcée par la décision – pourtant attendue – de la Fed, cette semaine, de relever à nouveau fortement ses taux directeurs pour tenter de juguler l’inflation. “La détermination des autorités à faire baisser l’inflation coûte que coûte alimente les craintes que cette approche agressive ne provoque une récession mondiale”, analyse le Financial Times.

Car les États-Unis ne font pas cavalier seul : les Banques centrales d’Indonésie, des Philippines, de Taïwan, d’Afrique du Sud et de Norvège ont emboîté le pas de la Fed cette semaine, confirmant la tendance mondiale au durcissement des politiques monétaires.

Chute de la livre sterling

Le dollar, “qui tend à se renforcer en périodes d’incertitudes”, rappelle le quotidien de la City, a quant à lui été propulsé vers un nouveau plus haut de 20 ans face à l’euro. Mais la force du dollar “ravive également les craintes de ralentissement dans certaines économies en développement, qui vont avoir du mal à rembourser leurs dettes en dollars”, observe le FT.

La situation en Europe, comme l’atteste la chute des places boursières, n’est guère plus enviable, remarque Cinco Días. “Les analystes considèrent que les perspectives pour le Vieux Continent sont très négatives, avec une inflation en hausse, des Banques centrales qui relèvent les taux et une crise énergétique qui menace la croissance”, écrit le quotidien économique espagnol.

Autre signe inquiétant pour les Européens, selon Politico : des données préliminaires publiées vendredi “suggèrent que l’activité commerciale a connu en septembre sa pire contraction depuis début 2021”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :