Afflux de dons pour l'enfant trisomique abandonné à sa mère porteuse

Libération.fr
Gammy, le bébé trisomique au cœur de l'affaire, et sa mère porteuse, le 3 août en Thaïlande.

Un couple d'Australiens n'avait pas voulu récupérer le bébé porté par une Thaïlandaise. Une collecte a déjà rapporté 140 000 euros.

Les dons du monde entier affluaient dimanche pour aider une mère porteuse thaïlandaise à qui un couple d’Australiens, qui l’avait engagée, a abandonné un bébé trisomique. Une collecte de fonds lancée sur internet au bénéfice de Pattaramon Chanbua et de son fils Gammy a déjà rapporté plus de 190.000 dollars (140.000 euros).

La jeune femme de 21 ans, qui vit dans la province de Chonburi, au sud de Bangkok, a donné naissance en décembre à des jumeaux, Gammy et sa soeur, après avoir reçu l’équivalent de 11.000 euros d’un couple australien. Le couple est venu chercher la soeur, mais lui aurait laissé le garçon qui souffre de trisomie 21 et d’un grave problème cardiaque.

«On m’a demandé de porter l’enfant d’une famille qui ne pouvait pas en avoir», a assuré la jeune femme au journal thaïlandais Thairath, le premier à raconter son histoire il y a quelques jours.

Le ministre australien de l’Immigration a évoqué dimanche «une histoire à briser le coeur» touchant au sens de «la responsabilité morale» de chacun. «Je peux comprendre le désir et l’angoisse de ceux qui veulent être parents, mais l’affaire pose aussi de graves questions, lesquelles doivent être traitées avec la plus grande prudence», a déclaré Scott Morrison à la télévision australienne ABC.

«Je leur pardonne tout. C’est le mieux que je puisse faire»

Selon le groupe de médias australien Fairfax, un agent ayant mis en relation la mère et le couple lui avait conseillé d’avorter lorsque le diagnostic de trisomie 21 a été établi. Mais Pattaramon Chanbua, bouddhiste, a expliqué avoir refusé en raison de sa religion. Selon la mère de la jeune Thaïlandaise, le garçonnet a été hospitalisé jeudi. «C’est un petit garçon silencieux et tranquille […]. Sa mère et moi, nous nous relayons à son chevet.» Son état «s’améliore», selon elle, mais la famille ne peut seule payer les frais médicaux.

A (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

A Gaza, l'hôpital de Rafah débordé par les morts et les blessés
Enfants de la patrie, le jour de guerre est arrivé
A Gaza, le Hamas a gagné la guerre de l’opinion
«A Belgrade, c’est la panique»
Gaza : dix morts dans le bombardement d'un centre d'accueil de l'ONU