Affiches, tracts, fédérations locales... Comment Renaissance cherche des militants pour survivre à Macron

Affiches, tracts, fédérations locales... Comment Renaissance cherche des militants pour survivre à Macron
Le président français Emmanuel Macron, le 16 septembre 2022 à Guéret (Creuse) - Emmanuel DUNAND © 2019 AFP
Le président français Emmanuel Macron, le 16 septembre 2022 à Guéret (Creuse) - Emmanuel DUNAND © 2019 AFP

Une campagne d'adhésion aux allures d'urgence. Le parti présidentiel lance une grande opération de communication à coup de dizaines de milliers d'affiches et de tracts pour attirer de nouveaux militants. Le mouvement a mis les petits plats dans les grands pour convaincre.

"Quand on a vu les chiffres de l'élection de Stéphane Séjourné, certains sont un peu tombés de l'armoire. On ne s'attendait pas à un chiffre faramineux mais quand même...", explique un collaborateur de Renaissance, le nouveau nom de La République en marche.

D'un mouvement sur mesure pour Macron à un parti

Moins de 12.500 adhérents ont voté en septembre dernier pour élire le nouveau délégué général de la formation. Un chiffre minuscule pour un parti qui compte environ 27.000 adhérents, très loin des 400.000 militants revendiqués au lendemain de la victoire d'Emmanuel Macron en 2017.

De quoi sortir l'artillerie lourde. Une vaste campagne d'affichage sera lancée dès la semaine prochaine avec l'objectif de coller 200.000 affiches avec le visage du chef de l'État, président d'honneur du mouvement.

Une autre affiche, reprenant la "charte des valeurs" du parti (citoyens, européen, libres, progressistes, audacieux, écologistes, féministes, unis) sera également diffusée avec un QR code en bas de l'affiche qui renvoie vers le site de Renaissance.

"Notre idée est de faire en sorte que l'on passe d'un mouvement fondé autour de la personne d'Emmanuel Macron à un parti politique réuni autour de grandes idées. Le président souhaite un parti qui lui survivra", résume le sénateur Xavier Iacovelli, membre du bureau exécutif auprès de BFMTV.com.

Un tract pour vanter les mesures de l'exécutif

En attendant, le parti lance à l'occasion de sa campagne d'adhésion une vaste opération de communication autour des mesures gouvernementales de lutte contre l'inflation, au plus haut depuis 1987.

On y retrouvera les chiffres sur lesquels a déjà insisté le président lors de son interview mercredi soir: la France s'en sort mieux que ses voisins en terme de hausses de prix grâce notamment au bouclier tarifaire sur le prix du gaz et de l'électricité.

"C'est toujours plus clair de parler de nos mesures sur un tract qu'entre deux prises de becs dans les médias. Et si au-delà de convaincre les Français du bien fondé de nos actions, ça permet aux gens d'adhérer à Renaissance, on en sera très heureux", explique Loïc Signor, le porte-parole du parti.

Des visages pour convaincre

Pour parvenir à s'ancrer dans la durée, l'organisation veut aussi créer un ancrage territorial, jusqu'ici quasi inexistant. Renaissance organisera en janvier prochain l'élection interne des assemblées départementales pour désigner les patrons des fédérations.

Une liste d'ambassadeurs régionaux, nommés jeudi soir lors du bureau exécutif, seront également aux côtés des militants pour encourager aux adhésions avec des têtes d'affiche.

Olivier Véran, le porte-parole du gouvernement sera en charge de la Région Auvergne Rhône-Alpes, tout le ministre délégué au Budget, Gabriel Attal pour l'Île-de-France. D'autres figures clefs du parti, qui ont perdu les élections législatives, seront également mobilisées, comme Christophe Castaner, en Provence-Alpes-Côte d'Azur et Richard Ferrand en Bretagne.

Article original publié sur BFMTV.com