Affiches de campagne de Macron et Le Pen : «On est dans une bataille du physique»

Libération.fr
Affiches de campagne de Macron et Le Pen : «On est dans une bataille du physique»

Gros plan sur son visage, souligné d'un «Ensemble, la France!» pour Macron, photo devant une bibliothèque, cadrée jusqu'au genoux pour Marine Le Pen : les deux candidats du second tour ont dévoilé ce mercredi leur nouvelle affiche de campagne. Que disent ces images de la stratégie électorale à venir des deux candidats ?

Les deux candidats qui se sont hissés au second tour de la présidentielle ont dévoilé ce mercredi deux nouvelles affiches de campagne, accompagnées de slogan tout aussi neufs.

Du côté d’Emmanuel Macron, un «Ensemble, la France !» a remplacé «La France doit être une chance pour tous». De la première affiche à celle-ci, pas de révolution : le cadre a été resserré et un léger sourire s’est dessiné sur le visage du candidat.

Mouvement inverse chez Marine Le Pen, qui a choisi une photo au cadre plus large. Dans sa première affiche, seul son visage apparaissait, quand le plan américain choisi pour la nouvelle laisse apparaître un bout de cuisse déjà très commenté. Il s’agirait, selon des membres de son équipe de campagne interrogés par L’Express, de mettre en avant sa féminité et d’adresser «un message subliminal par rapport à l’islam». Après «La France apaisée, «Au nom du peuple» et «Remettre la France en ordre», la candidate du FN propose désormais de «Choisir la France».

François Jost, sémiologue, et Philippe Moreau-Chevrolet, président de l’agence de communication MCBG Conseil, analysent pour Libération ces nouveaux éléments du kit de propagande des candidats.

L’affiche d’Emmanuel Macron : «Comme dans la publicité»


Photo : Lionel Bonaventure/AFP

L’analyse de François Jost

Ce qui me frappe, c’est qu’il y a un minimum de connotations possible. Tout est fait pour que le contexte de la photo soit gommé. Le slogan aussi est neutre. On ne peut pas en dire grand-chose, donc on évite tout commentaire et ce n’est pas facile à détourner, ce qui est aujourd’hui une angoisse pour les candidats. Ça a été le cas pour François Fillon avec «Un vol pour la France» et (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Voter Macron, ce n’est pas un «chèque en blanc», selon Laurent du PCF
Le chômage repart en forte hausse en mars
Marine Le Pen : une heure sur TF1, six intox
Philippot a «bon espoir» d’un accord avec «l’ami» Dupont-Aignan
Duel surprise entre Macron et Le Pen à Whirlpool

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages