Affaires Quatennens et Bayou : comment la Nupes tente de répondre aux polémiques

© XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Des absences qui ont pris le pas sur l'exposé des parlementaires de gauche. Ce mercredi, plusieurs personnalités de la Nupes ont présenté à l'Assemblée nationale une proposition de loi pour taxer les superprofits, sans la présence d'Adrien Quatennens (LFI) et de Julien Bayou (EELV) qui se sont tous les deux mis en retrait de leur fonction. Le député insoumis des Bouches-du-Rhône, Manuel Bompard, a tout de même tenté de désamorcer la crise. "La Nupes n'est pas en crise. La preuve : elle vient de tenir une conférence de presse commune", a-t-il déclaré.

>> LIRE AUSSILes cellules d'écoute de la Nupes «étouffent la parole des victimes» juge Isabelle Rome

Et Manuel Bompard d'assurer que l'union des gauches "se projette dans les batailles qui viennent, et en ce qui nous concerne, nous sommes déterminés à conduire le travail politique qui est le nôtre. Il y a des millions de Français qui comptent sur le travail que nous faisons ici, et ils peuvent compter sur nous pour le faire", a-t-il également promis.

La première vraie crise de la Nupes

Chez les Verts ou à La France insoumise, chacun reconnaît que la gauche tâtonne dans la riposte face à l’accumulation des révélations ces derniers jours. Mais Mathilde Panot, cheffe de file des Insoumis à l’Assemblée, a refusé pour autant les critiques venues des autres partis, de la majorité notamment. "Que ceux qui donnent des leçons et qui ont eu (Damien) Abad et (Gérald) Darmanin comme ministres commencent à nettoyer devant leur po...


Lire la suite sur Europe1