AFFAIRES OUBLIÉES. L'affaire Françoise Gendron, cette amie jalousée dont la tête a fini au four

C'était il y a presque 35 ans. Le 13 décembre 1988, trois sacs poubelle sont retrouvés sur le parking de l'Hôpital Trousseau, à Tours, et aux abords d'un supermarché. À l'intérieur, le corps dépecé d'une femme. La police cherche tout d'abord à l'identifier, mais l'absence de tête rend la tâche difficile... Quelques jours plus tard, néanmoins, l'enquête prend un premier tournant. Par téléphone, un anonyme indique aux policiers que la victime est Françoise Gendron, une mère célibataire de 38 ans jusque-là sans histoire.

L'identité de la victime vérifiée, les enquêteurs se penchent sur sa vie et son entourage. Ils font la rencontre de Sylvie Reviriego, la meilleure amie fusionnelle de Françoise Gendron. Cette dernière les met sur la piste de deux hommes, avec lesquels elle et Françoise avaient l'habitude de sortir en discothèque. Elle explique qu'avant de mourir, son amie avait l'intention de les dénoncer pour leur implication dans un trafic de drogues. Sans attendre, la police interpelle les deux jeunes hommes, Michel et Luc, mais décide de s'intéresser de plus près au profil de Sylvie Reviriego en perquisitionnant son domicile. Sur place, ils remarquent d'étranges petites tâchent brunes autour de la baignoire. Ils mettent également la main sur des bijoux ayant appartenu à Gendron. Rien d'étonnant, au vu de la relation qu'elle entretenait avec Reviriego, mais l'amie de la victime est tout de même placée en garde à vue.

Pour "ne plus voir sa

(...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Des jumeaux de 8 ans et leur grande soeur victimes d'une attaque sanglante à leur domicile
Il laisse son chien conduire sa voiture et le paie cher
Elle boit tranquillement un chocolat chaud dans un parc, une araignée anodine va tout faire basculer
Une mère et son fils retrouvés morts dans leur appartement, confusion totale chez les enquêteurs
Jonathann Daval en couple : nouvelle révélation sur sa vie amoureuse en prison