Affaires François de Rugy : pourquoi les responsables politiques ne démissionnent-ils pas quand ils sont mis en cause ?

franceinfo
Franceinfo a interrogé Béatrice Guillemont, responsable de la chaire "Probité des responsables publics" du "think tank" L'Observatoire de l'éthique publique.

François de Rugy dans la tourmente. L'opposition réclame la démission du ministre de la Transition écologique depuis les révélations de Mediapart sur son train de vie. En cause : les dîners mondains qu'il a organisés entre 2017 et 2018, alors qu'il était président de l'Assemblée nationale, aux frais du contribuable. Le site d'information reproche aussi au numéro 2 du gouvernement d'avoir fait rénover son appartement de fonction pour un montant de 63 000 euros et d'avoir occupé un appartement à loyer social préférentiel dans la région nantaise.

"Je n'ai absolument pas de raison de démissionner", a réagi François de Rugy, vendredi 12 juillet. La veille, il s'était engagé à rembourser "chaque euro contesté" à l'issue d'un entretien avec Edouard Philippe, où ce dernier lui a renouvelé sa confiance. Un ministre peut-il rester en poste malgré de telles accusations ? Pour y voir plus clair, franceinfo a interrogé Béatrice Guillemont, responsable de la chaire "Probité des responsables publics" au sein du "think tank" L'Observatoire de l'éthique publique.

Franceinfo : François de Rugy a été épinglé pour les dîners fastueux organisés à l'hôtel de Lassay avec de l'argent public. Le président de l'Assemblée nationale a-t-il le droit d'organiser de tels événements ?

Béatrice Guillemont : Par principe, tout ce qui n'est pas interdit est autorisé. La présidence de l'Assemblée nationale dispose (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi