Affaire Zemmour: le CSA rappelle qu'il "n'intervient jamais dans la programmation des chaînes"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Des affiches
Des affiches

Le CSA "n'intervient jamais dans la programmation des chaînes", a déclaré ce lundi son président, Roch-Olivier Maistre, alors que la chaîne CNews s'est dite "contrainte" de mettre fin à sa collaboration avec Eric Zemmour après la décision de l'autorité audiovisuelle de décompter son temps de parole.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) "ne peut pas imposer, ni récuser un intervenant. Il y a une liberté éditoriale des chaînes", rappelle le président de l'institution chargée de réguler les médias audiovisuels.

"L'une des premières missions du CSA est de veiller aux équilibres des temps de parole des personnalités qui concourent au débat et à la vie politique nationale, par la loi de 1986. C'est une mission que certains semblent avoir oublié" et "qui s'exerce en période électorale mais aussi hors période électorale", a poursuivi Roch-Olivier Maistre.

Le chroniqueur, une personnalité politique

Ces paroles interviennent après l'annonce par la chaîne CNews de la fin de sa collaboration avec son polémiste vedette, qui intervient régulièrement dans l'émission "Face à l'info".

"Bien qu'Eric Zemmour ne se soit pas déclaré candidat à l'élection présidentielle qui aura lieu dans sept mois, le CSA, par sa décision du 9 septembre, contraint CNews et Eric Zemmour à ne pas pouvoir continuer l'émission qu'ils faisaient ensemble", a justifié la chaîne d'information du groupe Canal+.

Le CSA avait demandé la semaine dernière aux médias audiovisuels de "décompter", dès le 9 septembre, ses "interventions" portant "sur le débat politique national", considérant désormais le chroniqueur comme une personnalité politique.

"Ci-gît le débat public"

Le polémiste français d'extrême droite s'est ému de cette décision sur les réseaux sociaux avec un laconique "Ci-gît le débat public".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Finie l'aventure des mousquetaires", a de son côté réagi Christine Kelly, la présentatrice de "Face à l'info", ancienne membre du CSA de 2009 à 2015. "Fini le chroniqueur sur mon plateau, place à l'invité sur les plateaux", a-t-elle tweeté.

Mais toutes ces personnalités politiques, "dont les temps de parole sont recensés, s'expriment librement dans les médias", s'est défendu Roch-Olivier Maistre. "Les chaînes ont une liberté éditoriale totale pour inviter les personnalités de leur choix au moment de leur choix. Elles doivent simplement veiller aux équilibres entre les uns et les autres en fonction du poids politique" de chacun, a-t-il ajouté.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles