Affaire Zecler : deux policiers écroués remis en liberté

Par Le Point.fr, avec AFP
·1 min de lecture
Michel Zecler,  producteur de musique noir, a été passé à tabac par des policiers le 21 novembre 2020 à Paris.
Michel Zecler, producteur de musique noir, a été passé à tabac par des policiers le 21 novembre 2020 à Paris.

Deux policiers écroués le 30 novembre dernier pour avoir passé à tabac Michel Zecler, un producteur de musique noir, ont été remis en liberté. Ils devront toutefois se plier à un contrôle judiciaire strict, leur interdisant notamment d'entrer en contact avec la victime ou avec les autres mis en examen dans cette affaire. Ils ne pourront pas non plus détenir une arme ni exercer la profession de fonctionnaire de police. Les deux hommes n'auront pas non plus le droit de se rendre dans le 17e arrondissement, où se situe le studio de musique du producteur, et devront en outre s'acquitter d'une caution de 5 000 euros.

À l'issue de leur interrogatoire au tribunal judiciaire de Paris vendredi et lundi, les deux policiers ont déposé une demande de mise en liberté auprès des magistrats instructeurs qui la leur ont accordée. Le parquet ne s'est pas opposé à leur demande sous réserve d'un placement sous contrôle judiciaire strict, a précisé une source judiciaire. Contactés par l'Agence France-Presse, les avocats des deux policiers n'avaient pas répondu en début de soirée.

L'État trop bienveillant avec ses agresseurs, selon Michel Zecler

De son côté, Michel Zecler a réagi, le 23 décembre sur BFM TV, à l'annonce de cette remise en liberté. Et il ne cache pas son incompréhension face à une telle décision. « J'ai forcément du mal à comprendre ce qui occasionne une telle bienveillance de l'État vis-à-vis de ces (?) individus », a-t-il déclaré. Avant d'estimer que « cette nouv [...] Lire la suite