Affaire Vincent Lambert : les cinq fois où l'arrêt des soins a été prononcé

Guillemette Jeannot
Le Conseil d'Etat a donné un avis favorable à l'arrêt des soins de Vincent Lambert, dans un état végétatif depuis onze ans. La suspension des traitements doit débuter la semaine prochaine et pourrait clore une guérilla judiciaire qui dure depuis six ans.

A partir du lundi 20 mai, l'alimentation et l'hydratation artificielles de Vincent Lambert pourront être interrompues par ses médecins. Ce jour-là, le feuilleton judiciaire autour du sort de l'ancien infirmier psychiatrique, aujourd'hui âgé de 42 ans, connaîtra peut-être son épilogue. Hospitalisé depuis 2008 au CHU de Reims (Marne), l'homme est dans un état neurovégétatif "irréversible", selon ses médecins. Depuis 2013, une dizaine de procédures judiciaires opposent sa femme, Rachel Lambert, favorable à l'arrêt des soins, à ses parents, Viviane et Pierre Lambert, qui refusent la mort de leur fils. En six ans, l'arrêt des soins a été annoncé à cinq reprises, donnant lieu à chaque fois à une série de rebondissements juridiques.

2013 : une "obstination déraisonnable"

A la suite d'un grave accident de la route, survenu le 29 septembre 2008, Vincent Lambert est plongé dans un coma profond. Il en sort dans un "état de conscience minimal", tétraplégique et sans espoir d'amélioration. Il est depuis nourri et hydraté artificiellement. Au cours de l'année 2012, le personnel soignant interprète des manifestations comportementales de Vincent Lambert comme une opposition aux soins pratiqués. En l'absence d'évolution neurologique favorable, le docteur Eric Kariger, médecin de Vincent Lambert, et (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi