Affaire Troadec : ce qu'Hubert Caouissin a expliqué aux enquêteurs

franceinfo
Affaire Troadec : la police fouille de nouveau la propriété d'Hubert Caouissin

Ce sont des aveux qui tiennent sur dix-sept pages. Hubert Caouissin, soupçonné d'avoir assassiné les quatre membres de la famille Troadec, a longuement détaillé aux enquêteurs ce qu'il s'est passé dans la nuit du 16 au 17 février, lorsqu'il s'est introduit dans la maison familiale d'Orvault (Loire-Atlantique) et aurait tué ses occupants : les époux Pascal et Brigitte et leurs enfants, Sébastien et Charlotte.

Son récit est publié, jeudi 13 avril par Le Télégramme qui reprend les PV d'audition du suspect et ce qu'il a déclaré aux enquêteurs le 5 mars, lors de sa garde à vue. Il a alors confirmé être passé à l'acte pour un supposé héritage de pièces d'or mal partagé entre sa compagne et son beau-frère, Pascal Troadec. Et a donné d'autres informations. Franceinfo revient sur ses aveux.

Une entrée discrète par la porte entrouverte

Des événements de la soirée du drame, on connaissait déjà quelques détails, donnés par le procureur de la République de Nantes, le 6 mars. Ils sont confirmés et détaillés par les informations publiées par Le Télégramme. La nuit du meurtre, Hubert Caouissin s'est rendu devant la maison de son beau-frère, en périphérie de Nantes (Loire-Atlantique). L'homme, muni d'un stéthoscope pour écouter les conversations, ne vient pas pour la première fois rôder aux alentours du domicile des Troadec.

Durant son audition, il a indiqué que Brigitte, l'épouse Troadec, avait laissé la porte entrouverte pour que le chat de la famille puisse entrer. Il en a profité pour pénétrer dans la maison et se cacher dans la buanderie. Le couple, qui l'aurait entendu, serait descendu "à pas de loup" pour en découdre. Alors que, toujours selon les dires du suspect, Pascal Troadec l'empoigne et hurle qu'il "va le tuer", Hubert recule dans le garage. C'est à ce moment que son beau-frère se serait saisi d'un pied-de-biche.

Les enfants tués avant les parents

Durant son audition, Hubert (...) Lire la suite sur Francetv info

FN : incendie criminel au QG de campagne de Marine Le Pen
Disparition d'Antoine en Auvergne, en 2008 : la mère et le beau-père mis en examen après de nouveaux "éléments précis"
Dortmund : l'enquête avance
Dortmund : les supporters ont fait preuve de solidarité
Dortmund : l'émotion après l'attentat

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages