Affaire Troadec: Hubert Caouissin fait appel au sujet des indemnités à verser

·1 min de lecture
Croquis d'audience montrant le principal accusé de l'affaire Troadec Hubert Caouissin (g) et sa co-accusée Lydie Troadec (d) ainsi que d'autres protagonistes du procès qui s'est ouvert devant la cour d'assises à Nantes, le 22 juin 2021 - Benoit PEYRUCQ © 2019 AFP
Croquis d'audience montrant le principal accusé de l'affaire Troadec Hubert Caouissin (g) et sa co-accusée Lydie Troadec (d) ainsi que d'autres protagonistes du procès qui s'est ouvert devant la cour d'assises à Nantes, le 22 juin 2021 - Benoit PEYRUCQ © 2019 AFP

Hubert Caouissin, condamné à 30 ans de réclusion criminelle pour le quadruple meurtre de sa belle-famille en 2017, a fait appel de l'arrêt fixant les indemnisations des familles des victimes, a indiqué ce mardi son avocat Me Patrick Larvor, confirmant une information du Télégramme.

"Le client fait appel parce qu'il trouve que les indemnités sont trop importantes", a-t-il confirmé, sans faire davantage de commentaires. Sur le plan pénal, Hubert Caouissin n'avait pas fait appel de sa condamnation prononcée le 7 juillet dernier.

"La famille de Brigitte apprend avec consternation qu'Hubert Caouissin a fait appel de l'arrêt civil qui fixe l'indemnisation de leurs préjudices", a réagi Me Cécile de Oliveira, avocate de la famille de Brigitte Troadec.

"Sa profonde motivation: le calcul et l'argent"

"La prolongation discrète et cruelle de cette procédure, choisie par Hubert Caouissin, signe ce que les parties civiles pensent d'Hubert Caouissin et de sa profonde motivation: le calcul et l'argent", a-t-elle ajouté.

Hubert Caouissin, 50 ans, a été condamné pour avoir tué à coups de pied de biche en février 2017 son beau-frère Pascal Troadec, l'épouse de celui-ci, Brigitte Troadec, et leurs enfants, Charlotte, 18 ans et Sébastien, 21 ans. Il avait ensuite démembré, éviscéré et brûlé les corps de ses victimes auxquelles il reprochait le vol d'un hypothétique trésor de lingots d'or.

Le ministère public avait requis la réclusion criminelle à perpétuité assorti d'une peine de sûreté de 22 ans. Au terme de deux semaines de débats, la cour d'assises de Loire-Atlantique avait retenu l'altération du discernement, lui faisant ainsi bénéficier d'une atténuation de peine.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles