Publicité

Affaire Théo : trois à douze mois de prison avec sursis pour les trois policiers

Le principal accusé, Marc-Antoine C., l'auteur du coup de matraque ayant provoqué des blessures graves, écope de douze mois de prison avec sursis, rapporte BFMTV. Les deux autres policiers, Jérémie D. et Tony H., sont condamnés à trois mois de prison avec sursis chacun. L'avocat général avait requis trois ans de prison avec sursis pour Marc-Antoine C. qui était poursuivi pour violences volontaires entraînant une « mutilation ou infirmité permanente », en raison de sa qualité de personne dépositaire de l'autorité publique, avec arme et en réunion.

Bien qu’il fût reconnu coupable de violences volontaires, les jurés n'ont pas retenu l'infirmité permanente, prononçant la peine de douze mois de prison avec sursis, ainsi que des interdictions d'exercer et de porter une arme pendant cinq ans. Le ministère public avait également requis six mois de prison avec sursis pour Jérémie D. et trois mois pour Tony H. Le premier membre des forces de l'ordre a également reçu deux ans d'interdiction d'exercer sur la voie publique.

À lire aussi Affaire Théo Luhaka : « Les policiers ont fait usage de la force légitime »

Un coup de matraque

Cette affaire est considérée comme exceptionnelle du fait des séquelles irréversibles subies par Théo Luhaka lors de son arrestation en 2017. Alors qu'il était dos à un mur, le jeune homme d'alors 22 ans a reçu un coup de matraque télescopique dans l'anus, qui a déchiré son sphincter. Les gardiens de la paix ont également fait usage de gaz lacrymog...


Lire la suite sur LeJDD