Publicité

Affaire Théo : l'avocat général requiert jusqu'à trois ans de prison avec sursis contre les trois policiers

Lors du procès des policiers jugés pour les violences commises durant l'interpellation de Théo Luhaka à Aulnay-sous-Bois, en 2017, des peines allant de trois mois à trois ans de prison avec sursis ont été requises, comme le rapporte franceinfo, jeudi 18 janvier. L'avocat général a demandé trois ans de prison avec sursis pour Marc-Antoine Castelain, six mois avec sursis pour Jérémie Dulin, et trois mois avec sursis pour Tony Hochart. En outre, des interdictions d'exercer sur la voie publique et de porter des armes ont été préconisées pour certains accusés. Marc-Antoine Castelain pourrait ne plus exercer sur la voie publique pendant cinq ans et ne plus porter d'arme pendant la même durée. Une interdiction d'exercer sur la voie publique pendant 2 ans et une interdiction de port d'arme tout aussi longue ont aussi été requises contre Jérémie Dulin.

Lors de son réquisitoire, l'avocat général, Loïc Pageot, a dénoncé la « violence volontaire » des gestes, qualifiant l'incident de « non justifié par le commandement de la loi ni par une légitime défense ». Il a estimé que le coup de matraque télescopique porté à Théo Luhaka au niveau de l'anus était « un geste dangereux sur quelqu'un qui ne représentait pas un danger ». Il a aussi mis en lumière des « mensonges » des trois fonctionnaires de la brigade spécialisée de terrain (BST), tels que de fausses déclarations sur l'appel aux secours.

À lire aussi Affaire Théo Luhaka : histoire d’un naufrage politico-médiatique

La victi...


Lire la suite sur LeJDD