Affaire Takieddine : l’interrogatoire de Nicolas Sarkozy suspendu

Selon la teneur de ses déclarations devant le magistrat instructeur et l'appréciation qu'en fera celui-ci, Nicolas Sarkozy pourrait ressortir de cet interrogatoire mis en examen ou sous le statut moins incriminant de témoin assisté.  - Credit:Vincent Isore / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP
Selon la teneur de ses déclarations devant le magistrat instructeur et l'appréciation qu'en fera celui-ci, Nicolas Sarkozy pourrait ressortir de cet interrogatoire mis en examen ou sous le statut moins incriminant de témoin assisté. - Credit:Vincent Isore / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP

Nicolas Sarkozy était entendu mardi 3 octobre au tribunal judiciaire de Paris par un juge d'instruction dans l'enquête sur la rétractation de Ziad Takieddine concernant le financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007. L'interrogatoire de l'ex-chef de l'État a été suspendu mardi soir vers 19 h 30 et se poursuivra mercredi, a indiqué une source judiciaire.

À LIRE AUSSI Michel Richard – Sarkozy et la farce Takieddine

Mardi matin, des journalistes de l'AFP avaient constaté l'arrivée de Nicolas Sarkozy vers 10 heures en voiture, tandis que ses avocats, qui n'ont pas souhaité s'exprimer, étaient venus de leur côté. Nicolas Sarkozy a ensuite été entendu « en interrogatoire de première comparution par les magistrats instructeurs dans le cadre de l'information judiciaire ouverte en mai 2021 » après la rétractation de Ziad Takieddine, selon une source judiciaire.

« Sa convocation porte sur les chefs de recel de subornation, association de malfaiteurs en vue de la préparation d'escroqueries en bande organisée et association de malfaiteurs en vue de la corruption de personnels judiciaires étrangers », a précisé cette source.

Une possible mise en examen

Cet interrogatoire était prévu du 12 au 14 septembre, mais avait été repoussé. L'ex-chef de l'État a fermement réfuté toute participation aux faits incriminés pendant douze heures d'audition mi-juin devant les enquêteurs financiers de l'office central de lutte contre la corruption et les infractions financières e [...] Lire la suite