Affaire Sud Radio : "Rokhaya Diallo piégée par la violence du nouveau discours racial"

·2 min de lecture

Guylain Chevrier, docteur en histoire, formateur, enseignant, consultant et ancien membre de la mission laïcité du Haut conseil à l'intégration, revient sur les propos racistes dont a été victime Rokhaya Diallo et sur sa responsabilité concernant la racialisation du débat public.

La journaliste Rokhaya Diallo a annoncé, ce lundi 21 décembre 2020, sur Sud Radio avoir porté plainte contre une auditrice de la station Sud Radio qui avait livré à son encontre un propos injurieux à caractère racial lors d’une des émissions d’octobre dans la série Les Vraies Voix. Les chroniqueurs Philippe Rossi, Philippe Bilger, Jean Doridot et Céline Pina débattaient autour du sujet : « Diallo, Bruckner, les indigénistes ont-ils une part de responsabilité dans les attentats ? » Intervenait alors une auditrice : « Madame Diallo se plaint de la France, elle se plaint des blancs, mais si aujourd’hui elle est journaliste […] elle le doit à l’ouverture d’esprit de notre éducation et de notre pays (…) Parce que Mme Diallo, elle n’aurait pas bénéficié de tout ce que donne la France, je crois qu’il y a de fortes chances qu’elle serait en Afrique, avec 30 kg de plus, 15 gosses en train de piler le mil par terre et d’attendre que son mari lui donne son tour entre les 4 autres épouses. »Le poison du retour de la race dans le débat publicPar-delà la tournure du propos moralement condamnable, et condamné de toutes parts, quelles qu’en soient les suites juridiques, on relèvera particulièrement...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Et si Bernard Tapie ne s’était pas pris les pieds dans l’affaire OM-VA ?Professeure accusée d'islamophobie à Aix-Marseille : "Cette affaire montre l’emprise croissante de l’islamisme politique à l’Université"Affaire Navalny : "Le renseignement russe privilégie la soumission de ses membres à leur efficacité"Affaire Griveaux, procrastination, Wejdene : 2020 sous le prisme de vos recherches sur Google Affaire Perronne : qu'a-t-on le droit de dire ou de ne pas dire lorsqu'on est médecin ?