Affaire Sophie Le Tan : les vétérinaires victimes de Jean-Marc Reiser parlent

Jean-Marc Ducos, envoyé spécial à Cronenbourg-Hoenheim (Bas-Rhin)
Sophie Le Tan a disparu depuis le 7 septembre. Ce jour-là, elle devait visiter un appartement. Jean-Marc Reiser, 58 ans, a été arrêté et mis en examen pour enlèvement, séquestration et assassinat

Ces deux praticiens ont été cambriolés en 2012 et 2016 par Jean-Marc Reiser, qui était à la recherche de produits stupéfiants pour fabriquer « la drogue du violeur ». Mais la justice n’a pas fait le rapprochement avec son passé d’agresseur sexuel.


Ce n’est pas par amour des animaux que Jean-Marc Reiser, 58 ans, a tenté de cambrioler au moins deux cabinets vétérinaires dans les environs immédiats de son domicile de Schiltigheim. Mais dans le but de se procurer des produits analgésiques puissants et anesthésiants pour fabriquer « la drogue du violeur ». Des relaxants musculaires si puissants qu’ils laissent la victime dans un état de soumission totale.

Cet homme au lourd passé judiciaire est mis en examen pour l’enlèvement, la séquestration et l’assassinat de l’étudiante Sophie Le Tan, 20 ans, disparue le 7 septembre alors qu’elle avait répondu à une petite annonce pour trouver un appartement. Aujourd’hui, les deux vétérinaires acceptent de témoigner.

Pourtant maîtrisé au sol, Reiser a tenté de fuir

« Je n’étais pas le premier… » détaille le docteur Denis Bilger, 63 ans installé à Hoenheim, dans une clinique ultramoderne. « C’était fin juin 2016. Cet homme a d’abord forcé la porte du chenil à l’arrière de mon cabinet dans la nuit. Une alarme sonore s’est déclenchée. Il a pris peur et s’est caché dans des fourrés pendant vingt minutes. Puis il a tenté de forcer une seconde porte qui donne accès à la clinique avec un pied-de-biche », raconte encore le vice-président de l’Ordre des vétérinaires de la région Alsace.

Entre-temps, l’alarme sonore a aussi alerté une société de sécurité. Deux agents sont arrivés et ont maîtrisé Jean-Marc Reiser, avant de prévenir la police. « Le hasard a fait que l’un des agents était un client de la clinique et connaissait bien les lieux », tente de plaisanter le vétérinaire. Jean-Marc Reiser, pourtant maîtrisé au sol par l’un des vigiles, a alors tenté de fuir en escaladant le mur donnant chez un voisin. « Mais il a glissé sur le lierre et (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Haute-Garonne : un migrant se suicide dans un centre de rétention
Des canots pneumatiques et... un jetski pour faire traverser la Manche aux migrants
Le fondateur des centres dentaires low cost, Dentexia, mis en examen et écroué
Drancy : 20 ans de réclusion pour la mère d’Haroun, l’enfant martyr
Procès Pastor : «J’ai perdu ma mère, j’ai perdu l’homme de ma vie»