Affaire Selmayr : le soutien de Juncker, un suicide politique

Libération.fr
Jean-Claude Juncker et Martin Selmayr, à la réunion du Conseil européen à Bruxelles, le 23 mars.

En menaçant de démissionner pour défendre Martin Selmayr au poste de secrétaire général de la Commission européenne, son président luxembourgeois a gravement compromis sa réputation.

Le mandat de Jean-Claude Juncker a politiquement pris fin le 18 avril 2018 à Strasbourg, dix-neuf mois avant son échéance normale. C’est l’avis de la plupart des eurodéputés, mais aussi des fonctionnaires européens et des Etats membres qui, tous, restent sidérés de l’autisme manifesté par le président de la Commission européenne : jusqu’au bout, il aura refusé de sacrifier l’Allemand Martin Selmayr, son secrétaire général-chef de cabinet-sherpa de 47 ans, mettant même sa propre démission dans la balance si le Parlement osait réclamer la démission de son homme de confiance. S’il a obtenu satisfaction, les eurodéputés calant devant la perspective d’une crise politique, il sort du «SelmayrGate» en lambeau. Car la réalité est là: la résolution adoptée la semaine dernière à la quasi-unanimité est une condamnation sans réserve de Juncker et du collège des 27 commissaires accusés d’avoir mené un «coup de force ["golpe", en espagnol, ndlr] à la limite de la légalité, voire au-delà» pour promouvoir Martin Selmayr au poste de secrétaire général.

Lire aussi Scandale Selmayr : les députés européens étrillent la Commission

«Selmayr aurait dû démissionner dès que sa nomination a été mise en cause par la presse et la commission de contrôle budgétaire du Parlement, ne serait-ce que pour protéger son président et la Commission», juge une eurodéputée influente: «Au lieu de ça, il s’est accroché jusqu’au bout. Quelle est son influence désormais puisque toutes ses décisions seront soigneusement scrutées ? Surtout, quel est son avenir ? Dans vingt mois, il sera viré par le futur président qui ne pourra pas s’encombrer d’un tel personnage.» De fait, l’article 50 du statut de la fonction publique européenne permet de congédier sans raison les hauts fonctionnaires de la Commission (avec indemnités, (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Il est né le bébé royal...
Serge Sarkissian, un président arménien à «l’autoritarisme mou»
Sous-marin danois: prison à vie requise contre Peter Madsen pour son crime «bestial»
Les dernières heures de traque d’Abdeslam à Bruxelles
Génocide : Karadzic plaide son innocence en appel devant la justice internationale

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages