Affaire Sarah Halimi : "La société française est en danger, au bord d’un précipice moral"

·1 min de lecture

Nissim Malka, rabbin de la Grande Synagogue de Lyon, analyse la montée de l'antisémitisme en France, comme en témoigne l'assassinat de Sarah Halimi.

L’affaire Sarah Halimi bouleverse la France, à juste titre. Une maman, une mamie, une sœur, un médecin, une directrice de crèche, sexagénaire, tabassée puis défenestrée sous le regard de la police impuissante, et des voisins, par un jeune délinquant shooté au cannabis. La justice est souhaitée, elle est attendue.Mais la justice déçoit, deux collèges d’experts psychiatres aboutissent à une conclusion similaire : le tueur est irresponsable. Il était bien délinquant, bien drogué, bien antisémite, il avait ciblé sa cible, mais il est considéré pénalement irresponsable, car sous l’emprise d’une " bouffée délirante ". Lorsque la décision de justice tombe en première instance, la communauté nationale est scandalisée, et la communauté – plus juive que nationale – se mobilise pour manifester." Je suis fier d’appartenir à un pays dont la justice ne cède pas à la vindicte populaire "" Fume ton joint, tue ton juif " est un slogan qui revient, et un sentiment de trahison vis-à-vis de la justice s’installe chez un nombre croissant de citoyens indignés. Les parties civiles se pourvoient en cassation et la semaine dernière, la décision de la cour d’appel est soutenue par la Cour de cassation : le procès n’ira pas en cour d’assises, ultime espoir de la famille Halimi et de la communauté des manifestants.Cette semaine, une manifestation...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Affaire Sarah Halimi : entre colère et désolation, des milliers de manifestants rassemblés à Paris

Affaire Sarah Halimi : pour l'avocat Francis Szpiner, "la justice israélienne est compétente"

"À la lumière de l’affaire Chalençon, les premiers de cordée apparaissent comme des beaufs"

Affaire Sarah Halimi : sa sœur va porter plainte en Israël, mobilisation en France

Affaire Mia : de Soral à Conversano, ces autres gourous français d'extrême droite expatriés