Affaire Sarah Halimi : des rassemblements pour réclamer "justice"

L'incompréhension et la colère les ont poussés à de rassembler devant la cour d'appel de Lyon (Rhône) dimanche 25 avril. Un millier de personnes sont venue protester contre la décision de la Cour de cassation de ne pas juger le meurtrier de Sarah Halimi au motif qu'il était sous l'emprise du cannabis. "On consomme de la drogue et on peut faire ce que l'on veut dans ce pays, ce n'est pas normal", lance un manifestant. "C'est devenu une circonstance atténuante" "Quelqu'un qui est en train de conduire, qui est drogué et qui tue quelqu'un : le fait d'être drogué c'est une circonstance aggravante. Là c'est devenu une circonstance atténuante", explique une autre manifestante. Sarah Halimi, 65 ans, a été assassinée en avril 2017 par son voisin. L'homme l'avait rouée de coups avant de la jeter par la fenêtre de son appartement. La justice estime qu'au moment des faits, il était atteint de bouffées délirantes à cause de la drogue. Il ne peut donc pas être tenu responsable de son acte à caractère antisémite.