Affaire Sarah Halimi : entre colère et désolation, des milliers de manifestants rassemblés à Paris

·1 min de lecture

À la suite de la décision de justice confirmant l’irresponsabilité pénale du meurtrier de Sarah Halimi, plusieurs rassemblements avaient lieu ce dimanche 25 avril dans toute la France. A Paris, une foule a manifesté sa colère et son désarroi.

Ils étaient plusieurs milliers réunis place du Trocadéro pour protester face à ce qu’ils estiment être un déni de justice. L’arrêt de la Cour de cassation du 14 avril, rejetant le pourvoi des parties civiles qui demandaient de reconnaître la responsabilité pénale de Kobili Traoré, a déclenché l’indignation de bon nombre de Français.Ce dimanche 25 avril, à Paris, plus de 20 000 manifestants, selon la police, se sont retrouvés en début d’après-midi place du Trocadéro à Paris, à l’initiative du collectif Agissons pour Sarah Halimi.Les slogans sur les pancartes n’ont pas épargné la justice : " Justice défoncée ? ", " Justice délirante, justice stupéfiante ! ", " Jewish lives matter " ou encore " La drogue ne peut pas être un permis de tuer ". La " bouffée délirante aiguë " causée selon les experts par la prise de cannabis à l’origine du meurtre de Sarah Halimi en 2017 se révèle être une explication inaudible pour toute une partie de l’opinion publique.La difficile union nationaleArrivée dès 14 heures sur le lieu du rassemblement, Hala observe la moyenne d’âge des autres manifestants : " Je ne voudrais pas ici que ce soit un Ehpad comme souvent lorsqu’on manifeste pour défendre la laïcité ou pour Murielle Knoll. Par contre, lors des...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Affaire Sarah Halimi : pour l'avocat Francis Szpiner, "la justice israélienne est compétente"

Affaire Sarah Halimi : "La société française est en danger, au bord d’un précipice moral"

"À la lumière de l’affaire Chalençon, les premiers de cordée apparaissent comme des beaufs"

Affaire Sarah Halimi : sa sœur va porter plainte en Israël, mobilisation en France

Affaire Mia : de Soral à Conversano, ces autres gourous français d'extrême droite expatriés