Affaire Rubiales: la Liga féminine monte au créneau, la Fifpro veut une enquête de la Fifa

La Liga féminine a réagi à l'affaire Rubiales dans un communiqué diffusé ce mercredi sur les réseaux sociaux: "La Ligue professionnelle de football féminina déposé plainte auprès du président du Conseil supérieur des sports après les actes et les comportements très graves du président de la Fédération espagnole de football, Luis Rubiales, lors de la finale de la Coupe du Monde Féminine, et réclame sa mise à pied."

"L'un des plus grands exploits de l'histoire du sport espagnol a été entaché par le comportement embarrassant du plus haut représentant du football espagnol qui, une fois de plus, et guidé par son désir continu et habituel de leadership, s'est révélé ne pas être à la hauteur de la tâche qu'il occupe".

"Inadmissible et dégoûtant"

"Qu'un patron attrape son employée par la tête et l'embrasse sur la bouche ne peut tout simplement pas être toléré. Il ne s'agit pas seulement du baiser, poursuit le texte. Célébrer le triomphe au balcon d'honneur en se tenant les organes génitaux à côté de La Reine et Son Altesse Royale l'Infante Doña Sofía est inadmissible et dégoûtant", en référence à un autre moment de la soirée de dimanche soir diffusée sur les télévisions du monde entier.

On y voit Luis Rubiales empoigner à pleines mains ses parties génitales pour célébrer la victoire espagnole... à moins de deux mètres de la reine Letizia d'Espagne et de sa fille Sofia: "C'est une attitude qui est entrée dans l'histoire du sport mondial et, plus grave encore, qui restera à jamais liée à notre équipe nationale féminine", vitupère la Ligue féminine, qui regrette ce moment de "honte internationale sans précédent pour la marque Espagne, pour le sport espagnol et pour le football féminin mondial".

"La gravité des faits, les dégâts causés et le rejet unanime à l'échelle mondiale obligent à prendre des décisions. L'opinion publique s'est montrée claire. L'Espagne et le football espagnol ne méritent pas un représentant de ce niveau, et les institutions doivent accompagner et répondre aux sentiments de la société", conclut le texte. La RFEF tiendra vendredi une assemblée générale extraordinaire consacrée au sujet.

La Fifpro demande l'ouverture d'une enquête de la Fifa

La Fédération internationale des associations de footballeurs professionnels (Fifpro) est également montée au créneau en interpellant la Fifa à propos des agissements de Luis Rubiales. La Fifpro a condamné dans un communiqué le comportement du dirigeant espagnol, appelant à l'ouverture d'une enquête sur ses actions dans le cadre du code d'éthique de la Fifa: "Nous répétons qu'il est regrettable qu'un moment si spécial pour les joueuses de l'équipe nationale d'Espagne, devant les caméras du monde entier, soit sali par la conduite inappropriée d'une personne dans un rôle qui comporte tellement de responsabilité", explique la Fifpro, qui représente plus de 65.000 joueurs et joueuses répartis dans des syndicats nationaux.

Article original publié sur RMC Sport