Affaire Quatennens : le malaise des Insoumis en conférence de presse

Après les affaires Éric Coquerel et Taha Bouhafs , c'est maintenant le cas Adrien Quatennens qui sème le trouble : le député a reconnu avoir giflé sa femme dans le cadre d'un divorce conflictuel et a reçu le soutien appuyé de Jean-Luc Mélenchon pour son "courage". Désormais, l'affaire embarrasse grandement les dirigeants de La France Insoumise, notamment mardi matin dans la salle de conférence de presse de l'Assemblée où la gêne était frappante.

Un très long silence s'est installé lorsque les Insoumis ont dû faire face à une question sur l'affaire Adrien Quatennens. Regards fuyants et têtes baissées : personne n'a osé s'approcher du micro avant que la députée de Paris Danièle Obono ne se dévoue péniblement pour répondre. "Je pense que ce que nous…", a commencé la députée, hésitante. "Ce sur quoi nous voulons insister, c'est le fait que c'est l'expression politique qui a eu ce week-end, notamment d'Adrien Quatennens, et qui a révélé une situation grave", a-t-elle tenté d'expliquer prudemment.

>> Retrouvez Europe Soir en replay et en podcast ici

Un parti déchiré et en colère

Derrière elle, certains parlementaires étaient au bord des larmes, la tête dans les mains, car la polémique déchire le parti. Pour les tenants de la ligne féministe, le soutien de Jean-Luc Mélenchon au député du Nord, sans aucun mot pour la victime dans un premier temps, ne passe pas.


Lire la suite sur Europe1