Affaire Quatennens: LFI sous la pression de la majorité, effet domino vers EELV et Bayou

Les violences faites aux femmes continuent de plonger la gauche dans la tourmente: LFI, engluée dans l'affaire Quatennens, a essuyé un feu roulant de critiques des pontes de la majorité, tandis que les écologistes ont suspendu Julien Bayou de sa co-présidence du groupe

Interrogée sur Jean-Luc Mélenchon, la Première ministre Elisabeth Borne a jugé "évidemment extrêmement choquant d'avoir quelqu'un qui banalise les violences intra-familiales".

Elle ciblait la réaction, controversée jusqu'au sein de La France insoumise, de l'ex-candidat à la présidentielle au retrait de la coordination d'Adrien Quatennens, qui a avoué dimanche des violences conjugales.

Jean-Luc Mélenchon avait dénoncé dans un tweet "la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux", saluant en revanche la "dignité" et le "courage" de M. Quatennens. Avant de tenter de corriger le tir dans un deuxième tweet: "Une gifle est inacceptable dans tous les cas. Adrien l'assume. C'est bien".

Devant la presse en début de soirée mardi, la présidente des députés Renaissance Aurore Bergé a jugé qu'à partir du moment où Adrien Quatennens a "reconnu des violences", il n'a "pas sa place dans l’enceinte d’un hémicycle".

La députée de Paris Danièle Obono a, sur BFMTV, indiqué qu'Adrien Quatennens serait "en retrait de son travail parlementaire" mais "pas interdit d'hémicycle".

Dans une tribune publiée dans Libération, 550 militantes féministes, encartées pour certaines dans des partis de gauche, "exigent qu'il démissionne de son mandat parlementaire, et que la cellule de LFI envisage sérieusement tous les degrés de sanctions disponibles".

Elles estiment en effet que "les agresseurs et auteurs de violences ne peuvent pas représenter nos combats politiques".

Sommées de répondre sur M. Mélenchon et la gestion de LFI, qui essuie sa troisième affaire de moeurs en un an après les affaires Coquerel et Bouhafs, des députées insoumises n'ont pas caché leur malaise en conférence de presse mardi matin.

Pour gérer les cas de violences sexistes, "nous essayons de mettre des mécanismes en place, ça n'est pas parfait", a admis la députée Clémentine Autain.

L'élue de Seine-Saint-Denis a toutefois estimé qu'il fallait reconnaître la "complexité" de telles situations, nécessitant de respecter la présomption d'innocence des mis en cause, de prendre en compte la difficulté sur le plan "humain" de traiter le cas de "camarades" ou encore le respect des victimes.

Danièle Obono a souligné que les députés LFI allaient assister à une formation "obligatoire" sur les violences sexistes et sexuelles lors de leurs journées parlementaires de jeudi et vendredi.

Clémentine Autain a par ailleurs eu une pointe d'amertume en demandant "la même vigilance, le même acharnement" vis-à-vis d'autres partis comme LREM, qui à ses yeux n'a pas été "traquée de la même manière" sur le cas Abad.

- D'une affaire à l'autre ? -

L'affaire a eu un effet domino chez les écologistes. Mardi soir, après des heures d'hésitation, le bureau du groupe écologiste à l'Assemblée - fort de 23 députés - a décidé de suspendre Julien Bayou de ses fonctions de co-président.

La pression devenait trop forte, 24 heures après les accusations de "comportements de nature à briser la santé morale des femmes" par la députée EELV Sandrine Rousseau, formulées sur un plateau de télévision.

L'ancienne finaliste de la primaire a raconté avoir "reçu longuement" chez elle une ex-compagne "très déprimée" de M. Bayou. L'éco-féministe a assuré qu'"elles sont manifestement plusieurs" à être concernées par ces comportements, évoquant une "enquête journalistique en cours".

"Le groupe écologiste prend très au sérieux la parole des femmes et le sujet des violences faites aux femmes", ont indiqué les écologistes mardi soir. La "mise en retrait" de Julien Bayou "ne vaut pas démission" et a été décidée "sans présager des conclusions de cette affaire et pour assurer la sérénité de la rentrée parlementaire", ont-ils ajouté.

Cyrielle Châtelain reste pour l'heure seule présidente du groupe écologiste.

EELV a écarté l'idée que sa cellule interne sur les violences et harcèlements sexuels, "saisie en juillet 2022 pour un signalement concernant Julien Bayou", soit trop lente.

L'élue EELV Marine Tondelier, qui devrait briguer la tête du parti dans les prochains mois, a expliqué à l'AFP: "Ces personnes sont bénévoles et travaillent sur des affaires par définition sensibles, ce qui nécessite du temps et du calme pour recueillir la parole et prendre les décisions qui s’imposent". Et Mme Tondelier d'indiquer que si les membres de la cellule l'avaient pensé nécessaire, "ils auraient eu toute latitude de suspendre" Julien Bayou de son poste de secrétaire national.

Par ailleurs, Marine Tondelier a estimé: "Ce genre d'affaires ne peut pas se régler dans la presse, y compris pour protéger les femmes qui parlent", mais à travers "une cellule indépendante".

"Lorsqu'elles seront portées à sa connaissance, EELV suivra les recommandations de la cellule", a promis le parti.

bap-cds-adc-are/jmt/cbn