Affaire Quatennens : Jean-Luc Mélenchon conclut sa nouvelle réaction par un geste inapproprié

Photo d’illustration de Jean-Luc Mélenchon et Adrie Quatennens à l’Assemblée en 2019
ALAIN JOCARD / AFP Photo d’illustration de Jean-Luc Mélenchon et Adrie Quatennens à l’Assemblée en 2019

ALAIN JOCARD / AFP

Photo d’illustration de Jean-Luc Mélenchon et Adrie Quatennens à l’Assemblée en 2019

POLITIQUE - Aucun regret de la part de Jean-Luc Mélenchon, après son tweet controversé de soutien à Adrien Quatennens, qui venait d’avouer des violences conjugales. Ce jeudi 22 septembre, le chef de file de la France insoumise a maintenu ses propos. Avant un geste inapproprié à l’encontre du journaliste qui l’interrogeait.

« Est-ce que vous regrettez les tweets que vous avez publiés ? », interroge devant l’Assemblée nationale un journaliste de l’émission Quotidien diffusée sur TMC, tandis que l’ancien candidat à la présidentielle passe devant lui pour se rendre aux journées parlementaires de son parti. Jean-Luc Mélenchon rit puis fait brusquement demi-tour : « Monsieur, je pèse mes mots tout le temps ». Avant d’ajouter « C’est vous qui regrettez ce que vous êtes en train de me dire », en touchant la joue du journaliste, qui opère un mouvement de recul.

Ce geste, filmé et aussitôt diffusé par les équipes de l’émission, a provoqué l’agacement de plusieurs journalistes et nombreux sont ceux à s’être indignés du comportement déplacé de l’ancien député.

« Rien ne va dans cette vidéo »

« Rien ne va dans cette vidéo », s’indigne ce jeudi Madeline Da Silva, cofondatrice de l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Elle dénonce aussi bien les propos assumés de Jean-Luc Mélenchon sur Adrien Quatennens que son geste « inadmissible » à l’égard du journaliste. « Mes pensées de nouveau à toutes les militantes, les élues France Insoumise NUPES qui ont fait confiance quand il disait vouloir lutter contre les violences », écrit la militante.

Jean-Luc Mélenchon n’en est pas à son premier incident avec les équipes de Yann Barthès. En pleine campagne présidentielle de 2012, il avait lancé un « allez vous-en », « vous êtes la vermine du Front National » et « ça va les fachos ? » aux reporters du Petit Journal (l’ancêtre de Quotidien diffusé sur Canal+). À l’époque, ses équipes reprochaient à l’émission de « piéger » le candidat et « de tout tourner en ridicule ».

Six ans plus tard, jugé pour rébellion et provocation après la perquisition au siège de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon avait accusé les journalistes d’être à l’origine du procès : « Il n’y aurait pas eu de procès s’il n’y avait pas eu les images de Quotidien ! », avait-il lancé à la presse après le réquisitoire.

Une première réaction qui met le feu aux poudres

Dimanche 18 septembre, c’est encore le « voyeurisme médiatique » que Jean-Luc Mélenchon a attaqué, dans son tweet de soutien au coordinateur du parti. Il a salué en revanche la « dignité » et le « courage » d’Adrien Quatennens, lui redisant sa « confiance » et son « affection ». Le message a provoqué un tollé, et des remous rarissimes - au sein de la France Insoumise. Quelques heures plus tard, l’ancien candidat à la présidentielle a essayé de corriger le tir : « Une gifle est inacceptable dans tous les cas. Adrien l’assume. C’est bien ». Sans réussir à convaincre.

« Ce ne sont pas mes mots », ont dit notamment Clémentine Autain et Manon Aubry, tandis que la députée Pascale Martin a estimé dans un communiqué qu’une telle réaction de l’ancien parlementaire pouvait « avoir des conséquences graves » en décourageant les femmes de signaler des faits de violences. La Première ministre Élisabeth Borne a jugé le tweet « extrêmement choquant », reprochant au leader Insoumis de « banaliser les violences intrafamiliales ».

À voir également sur Le HuffPost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi