Affaire PPDA : Cette référence à sa défunte fille Solenn, terriblement glaçante, dans le récit d'une plaignante

BestImage
BestImage

Terrible par les faits décrits et vertigineuse par l'ampleur qu'elle continue de prendre, l'enquête sur Patrick Poivre d'Arvor a refait la Une du quotidien Libération ce 20 septembre 2022. Au mois de juillet dernier, l'enquête visant l'ex-animateur star de TF1 avait changé d'approche, les juges analysant désormais les accusations de viol qui lui sont reprochées dans leur ensemble pour déterminer leur éventuel caractère sériel, qui permettrait de contourner leur prescription. Les nouveaux témoignages dévoilés par Libération s'inscrivent dans le portrait présumé de cet individu. Face à ce dossier brûlant, l'homme de 74 ans accusé par une trentaine de femmes de viols, d'agressions et/ou harcèlement sexuels nie tout et a porté plainte en retour pour dénonciation calomnieuse.

Bénédicte Martin, journaliste et autrice de 44 ans, a souvent parlé du comportement de celui qu'on surnomme PPDA. Mais jamais elle n'a été prise au sérieux, tant son attitude semblait connue et dédramatisée. A la lumière des accusations dont il fait l'objet aujourd'hui, sa parole fait un écho différent. L'homme n'est plus le présentateur qui s'invite dans tous les foyers avec son JT, mais est aujourd'hui représenté comme un prédateur, ami avec un autre homme à scandales, Nicolas Hulot. Dans Libération, le récit de l'écrivaine est d'autant plus glaçant qu'il fait apparaître le nom de la fille décédée du journaliste, Solenn, qui...

Lire la suite


À lire aussi

Procès de Benjamin Mendy : "Je ne me souviens de rien", nouveau récit glaçant d'une plaignante
Affaire PPDA : Une plaignante raconte avoir parlé à Gilles Bouleau qui assure n'avoir rien su...
Jacques Chirac : Cette "belle photo" du défunt président que sa fille Claude a censuré...