Affaire PPDA: le point sur les plaintes et enquêtes visant le présentateur

Patrick Poivre d'Arvor est visé par plusieurs plaintes pour viols. (Photo: Eric Fougere - Corbis via Getty Images)
Patrick Poivre d'Arvor est visé par plusieurs plaintes pour viols. (Photo: Eric Fougere - Corbis via Getty Images)

Patrick Poivre d'Arvor est visé par plusieurs plaintes pour viols. (Photo: Eric Fougere - Corbis via Getty Images)

PPDA - Pour la première fois ce mardi 10 mai, 20 femmes réunies sur un même plateau vont témoigner, à visage découvert pour 18 d’entre elles, sur le site du média d’investigation Mediapart. Toutes accusent Patrick Poivre d’Arvor de viols, violences ou de harcèlement sexuels.

Parmi les participantes à l’émission se trouve Florence Porcel, dont la plainte déposée en février 2021 a fait éclater l’affaire PPDA. L’écrivaine de 38 ans accuse l’ancien présentateur du JT de TF1 de lui avoir imposé un rapport sexuel non consenti en 2004 et une fellation en 2009. Son témoignage a conduit le parquet de Nanterre à ouvrir une enquête préliminaire pour “viols” dans la foulée.

Depuis, les témoignages se multiplient contre l’ancienne star de TF1. En un an, plus de 20 autres femmes se sont manifestées à la police ou dans les médias pour raconter des faits similaires de viols, agressions ou harcèlement sexuels.

De nombreux faits sont prescrits

Dès l’enquête préliminaire suivant la plainte de Florence Porcel, 22 autres femmes ont témoigné devant les policiers de la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). Plusieurs en ont profité pour porter plainte à leur tour contre le présentateur, comme la journaliste Hélène Devynck qui sera aussi présente sur le plateau de Mediapart. Mais après quatre mois d’investigation, l’enquête est classée sans suite pour manque de preuve ou prescription.

À la suite de cette décision, Florence Porcel contre-attaque. En novembre 2021, elle se constitue partie civile afin de provoquer la saisine d’un juge pour enquêter de nouveau sur les faits de 2009, les seuls non prescrits et classés préalablement pour insuffisance de preuve. Une information judiciaire a été ouverte en décembre et l’enquête est toujours en cours.

En décembre toujours, deux nouvelles femmes ont porté plainte contre PPDA, l’une pour un viol datant de 1985 et l’autre pour agression sexuelle en 2013. Les faits sont en théorie prescrits, mais le parquet a ouvert une enquête préliminaire dans le cadre de la plainte pour viol, car il est “important d’effectuer des vérifications sur les faits avant de déterminer s’ils sont prescrits ou pas”, a déclaré à l’AFP une source proche du dossier. C’est donc la deuxième procédure judiciaire pour viol visant PPDA.

8 plaintes pour “viol” contre PPDA

Le dernier rebondissement dans cette affaire remonte à la fin avril et à la diffusion de Complément d’enquête sur France 2 qui a recueilli un nouveau témoignage à charge contre l’ancienne star du 20-Heures. “Mathilde” raconte avoir été agressée dans le bureau du présentateur en 1995. La veille de la diffusion de l’émission, elle a porté plainte pour viol à Paris contre Patrick Poivre d’Arvor.

Le 27 avril, l’association #MeTooMédias, qui vise à briser l’omerta dans ce milieu, précisait dans un communiqué que 26 victimes présumées s’étaient adressées aux autorités et 16 avaient déposé plainte, dont sept pour viol. Avec “Mathilde”, elles sont désormais une de plus.

De son côté, PPDA nie tous les faits qui lui sont reprochés. Il a d’abord porté plainte contre Florence Porcel pour dénonciations calomnieuses. Elle a été classée. Enfin, 48h avant la diffusion du Complément d’enquête, le présentateur a annoncé une nouvelle fois porter plainte avec constitution de partie civile contre 16 femmes qui ont témoigné contre lui lors de l’enquête préliminaire. D’après lui, les accusatrices sont des femmes ”éconduites ou ignorées”, nourrissant une “amertume qui les conduit à commettre, par vengeance tardive, le délit de dénonciation calomnieuse”.

À voir également sur Le HuffPost: Ces manifestantes #NousToutes font le bilan de la “grande cause du quinquennat” de Macron

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles