Affaire Patrick Poivre d'Arvor : Florence Porcel s'attendait à "l'obscénité de la réaction" du journaliste

·1 min de lecture

Si elle réclame justice, Florence Porcel est prête à payer le prix de sa prise de parole. Lors d'une interview révélée par le quotidien Le Parisien ce lundi 22 mars, l'écrivaine réagit d'un air stoïque à de récentes déclarations de Patrick Poivre d'Arvor. Réccement de passage sur le plateau de Quotidien, celui-ci a catégoriquement nié les accusations de viols le ciblant - et dont il est, pour l'heure, présumé innocent - affirmant ensuite avoir éconduit la jeune femme. "Je m'attendais à l'obscénité de cette réaction. Je ne suis pas surprise", déclare désormais cette dernière.

Et lorsqu'elle est interrogée sur la réponse qu'elle souhaiterait transmettre après les propos du journaliste, Florence Porcel préfère s'en remettre à la justice. "Je ne souhaite pas dialoguer avec lui par médias interposés. L'enquête permettra d'établir les faits, c'est tout ce qui compte." Une épreuve qu'elle ne surmonte pas seule, puisqu'elle reçoit le soutien de nombreuses autres femmes ayant pointé du doigt le comportement jugé déplacé de Patrick Poivre d'Arvor. "Je suis très émue par leur courage et leur soutien", ajoute l'auteure de Pandorini, "il semble que certains comportements se retrouvent dans de nombreux témoignages, oui."

Après Florence Porcel et une multitude d'ex-employées de la chaîne TF1, une autre journaliste du nom de Hélène Devynck est sortie du silence pour dénoncer le comportement troublant de Patrick Poivre d'Arvor. Depuis ses débuts, l'affaire suscite principalement l'émoi du côté (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Karine Lacombe victime de cyberharcèlement : la vie pas si facile des médecins stars
PHOTO - Shy’m jeune maman : sa silhouette bluffe, moins de 2 mois après son accouchement
Affaire PPDA : "J'étais étrangère à la scène" raconte Florence Porcel
Meghan Markle et Harry : cette prise de guerre qui ne va pas plaire à William et Kate
Evelyne Dhéliat, destinataire de lettres d'amour : ses confidences coquines