Affaire Pogba : la mère de Paul et Mathias menacée à l'aide d'images particulièrement choquantes

L'affaire Paul Pogba se poursuit. Selon nos confrères du Parisien, cinq personnes ont été mises en garde à vue le mercredi 14 septembre 2022. Parmi elles, le frère de l'international français, Mathias Pogba accusé de séquestration et d'extorsion avec arme. Parmi les individus entendus, trois d'entre eux affirment avoir été eux-même victimes de plusieurs menaces de la part des escrocs. Pour preuve, ils affirment que la mère de Paul Pogba, Yeo Moriba aurait été témoin de ses menaces mises à exécution.

En effet, selon les révélations du Parisien, les trois individus auraient été pris pour cibles afin de faire pression sur Paul Pogba. L'un d'entre eux aurait vu sa voiture brûlée, tandis qu'un autre aurait été blessé par balle à la main. Ces agressions, toutes filmées, auraient été montrées à la mère de Paul Pogba afin de convaincre ce dernier de virer les sommes demandées. Des images ultra-violentes. Mais ce n'est pas la seule révélation sur l'affaire dite Pogba. En effet, Mathias, le frère aîné du joueur de football a reconnu le jeudi 15 septembre 2022 avoir été à l'initiative de la vidéo dans laquelle des menaces contre son frère étaient proférées.

Deux versions contradictoires

Pourtant ces aveux contredisent la version des faits de Paul Pogba qui avait confié lors d'une audition que son frère était "sous la pression" des personnes souhaitant leur soutirer de l'argent. "C'est un mec calme, méconnaissable sur la vidéo [qui a déclenché (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

"Une couche de poussière..." : ce que Laura Smet ne supporte plus depuis la mort de son père Johnny Hallyday
"Parfois même par les profs..." : les confessions édifiantes de Dany Boon sur son fils Noé
Lily-Rose Depp en couple : elle dévoile une rare photo de son compagnon sur Instagram
“Je m'en tamponne” : endetté, Benjamin Castaldi fait une grosse mise au point sur ses soucis financiers
Agression de Kheira Hamraoui (PSG) : sa co-équipière Aminata Diallo mise en examen pour “violences aggravées"