Affaire des piqûres : plus de 450 plaintes déposées en trois mois

© ADRIEN NOWAK / HANS LUCAS / HANS LUCAS via AFP

La vague de piqûres dans les établissements de nuit s'intensifie. Les weekends printaniers et les festivals de musique offrent des cibles parfaites pour ces piqueurs de nuit. Ce week-end, des cas ont été signalées dans le Gers et à Belfort. Une mésaventure qui est arrivée à Justin, 24 ans, au concert du rappeur PLK, à Rennes, le 21 mai dernier. "J'ai été dans la fosse où il y a le plus de monde. Tout s'est passé plutôt normalement, et deux jours après, en prenant ma douche, je me suis rendu compte que j'avais une marque bizarre qui était assez grosse, avec un très gros hématome tout autour au niveau de la cuisse. Je suis allé voir un médecin et c'était bien ça", raconte l'étudiant au micro d'Europe 1.

450 plaintes à travers le pays

"J'ai dû faire des analyses de sang pour savoir si je n'avais pas le VIH ou l'hépatite. Il n'y a rien eu de 'plus grave' pour l'instant, mais je suis allé porter plainte", témoigne-t-il, avant d'expliquer qu'il hésite à se rendre de nouveau à un concert : "Je ne suis absolument pas sûr d'y aller pour revivre ça une deuxième fois. Franchement, je m'en passerais bien quoi."

>>Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

En incluant Justin, ce sont 450 plaintes qui ont été déposées en trois mois. Un chiffre important, même si la réalité du phénomène est difficile à quantifier, parce que toutes les personnes qui disent avoir été piquées ne vont pas forcément déposer plainte, ensuite parce que les enquêtes ouvertes ne sont pas regroupées...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles