Affaire Pilarski : Curtis, le chien de la victime, aurait tué sa maîtresse

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Le experts évoquent un chien vraisemblablement mal dressé par son maître, Christophe Ellul, et obnubilé par la volonté de mordre (Illustration).
Le experts évoquent un chien vraisemblablement mal dressé par son maître, Christophe Ellul, et obnubilé par la volonté de mordre (Illustration).

Coup de tonnerre dans l'affaire Pilarski. Un long rapport d'expertise vétérinaire pense avoir trouvé le nom du coupable dans la mort d'Élisa Pilarski, jeune femme de 29 ans tuée dans la forêt de Retz (Aisne) alors qu'elle promenait son chien le 16 novembre 2019. Il s'agirait justement du canidé de la victime : Curtis. Jusque-là, tous les regards étaient pourtant braqués vers une meute de chiens participant à une chasse à courre dans les environs.

Élisa Pilarski avait d'ailleurs contacté son compagnon, Christophe Ellul, peu de temps avant son décès, lui faisant part de sa panique d'être entourée par les chiens de chasse. Affolé, ce dernier s'était rendu sur place et avait découvert le corps sans vie de sa compagne, enceinte de six mois.

Le rapport d'expertise des deux vétérinaires des cours d'appel de Reims et Toulouse, dévoilé ce samedi 31 octobre 2020 par BFM TV et Le Journal du dimanche, est formel : les nombreuses blessures découvertes sur le corps d'Élisa Pilarski n'ont pu être occasionnées que par la mâchoire de Curtis. Pour parvenir à une telle conclusion, les experts ont mesuré la mâchoire du pitbull et des 62 chiens présents lors de la chasse à courre. Résultat : seule la mâchoire de Curtis, plus petite que celle des autres canidés, correspond à la forme des blessures.

Lire aussi Affaire Pilarski : le chien du couple au centre des interrogations

Un chien mal dressé ?

Les deux vétérinaires prennent ensuite la défense des chiens de chasse, qui selon eux s [...] Lire la suite