Affaire Pegasus : Emmanuel Macron dans les cibles potentielles du logiciel espion

Le Monde et Radio France ont révélé mardi que le président Emmanuel Macron, l’ancien Premier ministre Edouard Philippe et 14 membres du gouvernement français ont été ciblés en vue d'une éventuelle mise sous surveillance de leurs téléphones par le logiciel espion Pegasus pour le compte des services de renseignement du Maroc. La justice française a ouvert une enquête mardi pour examiner la plainte de journalistes qui auraient également été ciblés par le Maroc à l'aide de Pegasus. Le royaume chérifien conteste son implication dans cette affaire d'espionnage. Pascal Boniface, directeur et fondateur de l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), nous explique "les motivations qui ont pu amener à cette dérive". Il souligne que le Maroc aurait espionné le gouvernement français "parce qu'il y a les liens très forts entre les deux pays ... il y a plusieurs cibles : il y a des opposants politiques, il y a des journalistes qui pourraient être critiques à l'égard du régime marocain, et puis il y a des décideurs pour voir quelles sont les décisions qui peuvent être prises et qui peuvent avoir une importance pour la vie du Maroc". (Le Monde et Radio France font partie du consortium de 17 médias qui a réalisé l'enquête internationale "le projet Pegasus")

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles